Yulyeong

Venez découvrir le monde des Fantômes...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Moon Jin Pyo
Section Arts


Informations
Messages : 163
Points : 2304
Age : 18 ans
Autres : 1ere année en arts

MessageSujet: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Ven 29 Juin - 16:00

J'étais assis tout seul le dos contre un arbre et j'avais déposé mes crayons en ligne devant moi. J'en changeais de temps en temps, tout en relevant le visage vers ce que je dessinais... C'était un parterre de fleurs, des fleurs de plein de couleurs différentes et on aurait dit qu'elles dansaient toutes au grès du vent. Moi j'avais trouvé beau, vraiment beau, alors j'avais pris mon cahier et j'avais commencé à les reproduire. Je me disais que je les montrerais à mon professeur demain pour avoir son avis, je me demandais si ça allait lui plaire !

C'était assez rare que je sois tout sage comme ça... Je l'étais juste quand je faisais un dessin ! Sinon, moi je parlais tout le temps et je bougeais dans tous les sens ! J'aimais pas trop rester tout seul et à rien faire... Je trouvais ça drôlement triste et puis, j'adorais quand je racontais toutes mes histoires aux autres et qu'ils m'écoutaient en me disant ce qu'ils en pensaient !

Je relevai un peu la tête et je vis une fille que je connaissais. Je lui fis un immense sourire, et elle aussi, mais elle me dit qu'elle était pressée et qu'on se reverrait une autre fois. Je dis d'accord avec ma tête, mais ça me rendit un peu triste parce que je l'aimais bien et que j'aurais apprécié discuter avec elle ! Je haussai les épaules, c'était tant pis pour elle après tout, moi je pourrais bien parler avec quelqu'un d'autre ! Enfin, je l'espérais, parce que pour le moment je connaissais pas les autres qui passaient devant moi et leurs têtes elles me plaisaient pas trop trop...

Finalement, j'en avais un peu marre de dessiner mes fleurs. Et puis j'avais juste à finir un trait. Hop, voilà, c'était terminé ! Il faudrait que je lui trouve un joli nom, j'aimais bien ça, donner des titres à mes dessins, ça faisait comme si c'était une vraie oeuvre d'art ! Je me remis donc debout, j'attrapai tous mes crayons pour les enfouir dans mes poches et je mis mon cahier sous mon bras.

Je savais pas trop quoi faire maintenant et j'avais pas envie de rentrer au dortoir. Je regardai rapidement tout autour de moi et je commençai à marcher. C'était agréable parce qu'il y avait un peu de vent et ça faisait bouger ma frange. J'aimais pas trop quand on me décoiffait, mais si c'était le vent, c'était pas très grave. Je me recoifferais bien tout à l'heure !

Au bout de quelques minutes, j'aperçus quelque chose un peu plus loin dans le parc. Je connaissais pas cet endroit, qu'est-ce que c'était ? Curieux, je fronçais les sourcils et je décidai de m'approcher un peu pour mieux voir... Oh ça ressemblait à un mini-château ! A cette pensée, j'eus un large sourire parce que moi j'aimais les histoires fantastiques. Et dans les châteaux c'est toujours beau et aussi y a plein de mystère !

Je me retournai pour voir si personne m'avait suivi et finalement je poussai la porte qui grinça... Tout de suite, je perdis un peu ma confiance et j'avais peur de continuer... Mais en même temps je voulais savoir si y avait des choses là-dedans !

En petits pas hésitants, tenant fortement mon cahier contre mon torse, les yeux et les oreilles à l'affût du moindre bruit ou geste suspect, j'avançai dans le bâtiment. Olala, j'avais le droit de venir ici au moins ? J'en avais aucune idée et je me demandais si j'allais pas avoir des problèmes si je restais encore là...

Tandis que je marchai plus ou moins tranquillement et rassuré, j'entendis quelque chose bouger. Aussitôt, moi je fis plus aucun mouvement et je fermai les yeux. Je sentais mon cœur taper très fort dans ma poitrine et je me mis à penser que j'aurais pas dû rentrer ! J'attendis un peu avant de rouvrir les paupières et de soupirer timidement. Ca doit être le vent !, me rassurai-je...

Je passai une main dans ma frange pour la remettre bien comme j'aimais qu'elle soit et je repris ma marche, mais à peine eu-je fait deux mètres que je sursautai à cause de je savais pas trop quoi !

« Y a... y a quelqu'un ? balbutiai-je de moins en moins rassuré, c'est pas rigolo ! », osai-je rajouter en boudant un peu.

Je tournai sur moi-même, cherchant quelqu'un, mais je vis rien du tout... J'étais mal à l'aise parce que j'avais bien l'impression qu'une personne était quelque part par là ! Sauf qu'elle voulait pas se montrer ! Je rentrai un peu ma tête dans mes épaules, attendant une réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.road2us.com
avatar

Jones C. Gabriel
Jeongsin Rebelle


Informations
Messages : 142
Points : 2307
Age : 21 ; mort depuis un mois.

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Sam 30 Juin - 19:09

    La vie d’un fantôme n’était pas si excitante que l’on pourrait le croire, les meilleures blagues à faire aux humains étaient rapidement épuisés. Certes, il lui restait le coup de passer la tête à travers la porte des toilettes quand quelqu’un y est avec un grand sourire avant de disparaitre, ou encore il pouvait suivre les jolies demoiselles sous la douche sans trop de risque. L’ennui c’est que voilà Gabriel semblait aujourd’hui incapable de transmettre sa colère intérieure aux autres. Il avait bien essayait de s’en prendre à une première année toute la matinée rien n’avait fait, elle avait réussi à déjouer tous ses tours. Cela serait déjà la fin du fantôme ? Il commençait à peine à se faire une réputation digne des plus sadiques de cette école et voilà qu’il semblait ne plus faire peur ni inquiéter les gens. Ce que cela peut-être fatiguant finalement. Que faire ? Il en avait aucun idée, aller dans le segye. Ce lieu était bien trop ennuyeux à son goût et il n’y allait que dans d’extrême limite. S’il était sur le point de faire un malaise par faute d’énergie, le fantôme s’y rendait sinon … Il passait son temps à déambuler dans les couloirs, le plus long surement et la nuit. Il ne sait alors que faire. Il n’est pas rare, que les nuits, le jeune homme s’offre le privilège d’aller dans les chambres des élèves, veillant qu’ils dorment. Pas que cela l’inquiète réellement, ils peuvent faire comme bon leur semble. Du moins, tant que personne ne vint troubler le sommeil de son petit ange à lui. Car oui, notre cher Jeongsin s’est entiché d’un humain, d’un jeune sagikkun. Impossible pour lui d’imaginer la moindre relation avec lui, même l’amitié semble impossible. Comment être ami avec quelqu’un que vous ne voyez même pas. En tout cas, depuis plusieurs nuits, le fantôme veille à ce que les environs de la chambre de son petit ange soient totalement libres et loin du bruit quand il dort. Et puis cela lui donne une occasion de s’en prendre à certains élèves, il n’a rien à y perdre ainsi.

    Mais il était encore bien trop tôt d’aller jouer les troubles faits dans les couloirs pour mettre à l’abri le sagikkun. S’ennuyant grandement et repoussant rapidement une demoiselle Munyeo qui semblait essayé d’attirer son attention avec des compliments, Gabriel se mit soudainement à pousser un long soupire avant de disparaitre sous le nez de la vivante pour filer vers le parc. Si seulement on pouvait titiller son côté sadique aujourd’hui, ce que cela pouvait être ennuyeux pour lui de rester là, à attendre que tout évoluer autour de lui. Finalement être en colère était plus distrayant.

    Finalement à force d’aller et venir dans le parc, le fantôme tomba sur son élève, il s’appelait apparemment Jin Pyo. Il n’avait jamais osé lui adresser la parole pour tout vous avouer, étant peut-être trop timide. Enfin son idée d’approche n’était peut-être pas la meilleure, mais c’était la seule qu’il avait. Souriant malicieusement, son taux de colère semblait grimper en flèche, il était énervé contre lui, il était incapable de le voir et cela le rendait fou. Suivant alors le jeune homme il finit par découvrir en même temps que son cadet, un drôle de lieu. C’était donc là. Ce lieu mystérieux dont tous les fantômes parlent, certains en mal, d’autre avec des étoiles plein les yeux. Gabriel avait tendance à voir ce lieu comme une merveille, ici, il pouvait retrouver un peu de sa vie en se liant avec un humain. Suivant alors à l’intérieur le blond, il fut ravi de voir l’intérieur. Un peu vieillot, mais il ne s’attendait pas à mieux. En avançant, le fantôme frôla un vase qui se mit à bouger nerveusement sur lui-même. Pour une fois qu’il n’avait pas voulu faire exprès. En tout cas, Jin Pyo réagit rapidement. Restant silencieux, le fantôme pencha sa tête sur le côté. S’il avait pu son cœur aurait battu à la chamade. Ouvrant la bouche sans qu’aucun son n’en sorte, il finit par se mordre la lèvre inférieure, avant de venir frôler l’épaule du jeune sagikkun. Une façon de lui faire comprendre qu’il n’était pas seul. Se mettant devant le blond, Gabriel semblait bien calme, bien que sa colère n’allait pas tarder à monter s’il ne le voyait pas. Il pourrait faire un effort. Attrapant alors le cahier des mains du jeune homme, le fantôme se mit à reculer pour aller s’asseoir tranquillement par terre, regardant les dessins du jeune dessinateur.

      « Hum. »


    Ce n’était pas de grandes paroles, mais il fixait les dessins du jeune homme et surtout apparemment le dernier, c’était bien trop gaie et joyeux pour lui. C’était bien une façon de penser d’un humain qui n’a pas subit la mort, le fait de se retrouver seul sans personne à qui parler. Sentant sa colère monter brusquement, le fantôme lançant sur le créateur le cahier en pestant intérieurement. Il semblait à présent bouder et cela n’allait surement pas y aller en s’arrangeant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Moon Jin Pyo
Section Arts


Informations
Messages : 163
Points : 2304
Age : 18 ans
Autres : 1ere année en arts

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Dim 1 Juil - 13:36

Je sentis mon cœur s'accélérer dans ma poitrine, je regardai tout autour de moi, à la recherche de la personne qui aurait pu se trouver quelque part par là... mais je ne voyais absolument rien. J'étais drôlement mal à l'aise, mes mains tremblaient un peu et je me mis à penser que c'était peut-être un fantôme !? Je les voyais pas, mais des fois je me doutais un peu qu'il y en avait grâce au tatouage que j'avais reçu en venant à l'université...

J'allais paniquer si ça continuait comme ça, je me sentais vraiment pas bien du tout et cet endroit me faisait un peu peur... Je me demandais pourquoi j'avais eu cette idée de venir me perdre ici ! Je me trouvais un peu bête, mais en même temps c'était parce que j'étais curieux et que j'avais pas vraiment eu envie de retourner dans les dortoirs... Je m'ennuyais là-bas quand j'étais tout seul et je savais qu'y avait pas grand-monde à cette heure.

Tout à coup, quelque chose, ou plutôt quelqu'un, attrapa mon cahier que je tenais dans mes bras. Mes yeux s'agrandirent sous l'effet de la surprise et je sentis ma bouche se mettre en forme de « o ». Mon cahier il... on venait de me le piquer sauf que... pour moi... je le voyais voler dans les airs ! Je voulus bouger un peu, dire quelque chose et me plaindre parce que j'aimais pas du tout ça quand on regardait mes dessins sans me le demander, mais j'y parvins pas et je restai là, debout, les bras ballants.

Finalement, tout doucement, je fis un pas timide pour m'approcher de celui ou celle qui m'avait dérobé mon cahier. Je voulais lui demander de me le rendre, mais j'en eus pas le temps que je le reçus sur moi.

« Aïe ! je couinai en me baissant pour ramasser les feuilles qui avaient volées un peu partout, pourquoi t'as fait ça ?! je lui demandai avec une mine boudeuse inscrite sur le visage, et puis j'aime pas quand on prend mes dessins sans me demander la permission ! »

Toujours en boudant, je fis un petit tas et je remis mes dessins dans mon cahier, dans l'ordre que je les avais fait. C'était la seule chose que j'aimais qui soit bien faite, pas tout en bazar, alors le fantôme, moi je le trouvais drôlement pas gentil de me l'avoir pris et lancé dessus ! J'étais un peu énervé, mais comme je le voyais pas du tout, je pouvais pas faire grand-chose à part parler dans le vide... Je trouvais même ça un peu bizarre de discuter avec quelqu'un qu'on voyait pas ! Et si on croyait que j'étais un peu fou ? Oh, ça non, je l'étais pas fou !

Je serrai mon cahier contre mon torse et me tournai un peu, une main touchant le vide devant moi. Où il était le fantôme ? Devant moi ? Derrière ? A droite, à gauche ? Ou bien à l'autre bout de la pièce ?

« Je... je m'appelle Pyo ! je lui dis, je te vois pas, mais tu sais... c'est pas ma faute ! J'ai eu un tatouage alors je sais que tu es là... Tu veux pas me parler ? »

Je déglutis doucement, mais je l'entendais pas me dire quelque chose. J'aimais pas trop ça... Peut-être même qu'il était parti alors ? Je me mordis légèrement la lèvre et, la tête baissée, je décidai de marcher un peu et de regarder ce qui avait ici, comme le fantôme voulait pas discuter avec moi.

Quelques secondes passèrent avant que je remarque un genre de tableau sur un des murs. Je m'approchai timidement pour voir ce que c'était et je le trouvais tout de suite drôlement chouette. J'aimerais bien peindre comme ça moi un jour et puis peut-être qu'on accrocherait mes œuvres aux murs aussi ! Ou dans des musées. Ce serait bien, un musée avec tous les dessins de Pyo !

J'esquissai un joli sourire en touchant du bout de mon doigt le tableau. Je faisais bien attention de pas le faire tomber parce que j'étais tout le temps très maladroit et il m'arrivait souvent de casser des choses sans faire exprès... et après on me grondait fort, et moi, j'aimais pas ça, me faire gronder.

Soudain, un frisson me parcourut de la tête aux pieds. Est-ce... est-ce que c'était le fantôme qui venait de passer tout près de moi ? Mon coeur sembla s'emballer de nouveau et j'osai plus faire aucun bruit, ni aucun mouvement. Je retins un peu ma respiration, mais pas très longtemps avant de m'exclamer :

« C'est pas rigolo ! Tu me fais peur... ! », je me plaignis en boudant encore.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.road2us.com
avatar

Jones C. Gabriel
Jeongsin Rebelle


Informations
Messages : 142
Points : 2307
Age : 21 ; mort depuis un mois.

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Dim 1 Juil - 22:05

    Restant assis sur le sol sans bouger, Gabriel se mit à écouter Jin Pyo se plaindre. Il aurait presque un regret d’avoir agit de la sorte, presque. Mais c’était sa faute ! Il n’avait pas qu’à être aussi heureux sans lui ! C’était réellement méchant de se moquer de la sorte de lui. Se plaisant tout de même à entendre la voix de l’humain il afficha un léger sourire, il semblait si fragile. Penchant la tête sur le côté, Gabriel le regarda rassembler ses dessins, ils comptaient beaucoup pour lui apparemment. Bon … Il fera un effort à l’avenir ne plus toucher à ses dessins. Ils étaient précieux pour lui. Après tout, au fond, il ne voulait pas réellement le blesser, du moins pas au point de le pousser à faire des mauvaises choses. S’il venait à mourir cela ferait mal au fantôme. Oh ! Mais s’il venait à mourir, il pourrait le voir non ? Souriant soudainement jusqu’aux oreilles, le fantôme grimaça cependant tomber amoureux de celui qui est la cause de votre mort, c’est impossible ! Non autant oublier, il fallait mieux le garder vivant, heureux de vivre et surtout proche de soi. Car oui, même s’il ne l’avouait pas et qu’il faisait tout pour ne pas se faire sentir en permanence, il était souvent proche du petit blond. Il adorait attendre dans les couloirs en fin de cours, le regarder passer non loin de lui.

    Revenant sur terre, alors qu’il regardait le jeune homme tendre ses mains en avant, le fantôme se retenait de peu d’exploser de rire. Bien que cela était difficile, c’est incroyable combien il pouvait être mignon par moment. Gabriel était partagé entre l’envie d’aller devant ses mains le laisser le toucher ou lui lancer autre chose à la figure à cet idiot incapable de le voir. Il allait bien finir par le voir non ? On ne pouvait pas lui apprendre, l’opérer pour débloquer un truc dans son cerveau. C’était dommage tout de même.

    Ecoutant de nouveau, le jeune homme se pour autant détacher ses lèvres, le fantôme se mit à soupirer, cela était dur de pas être vu par lui et cela devait être doublement pour lui. Il pouvait ni le voir, ni l’entendre refusant de lui parler. Une chose de positive c’est qu’il était sur de son prénom désormais. Jin Pyo. Il avait bien écouté aux portes, il était doué ! Enfin … Il c’était juste trouvé au bon endroit au bon moment. Mais bon autant se donner les mérites. Se levant alors qu’il ne semblait toujours pas disposé à lui parler. Pyo s’occupa d’autre chose. Se sentant mis de côté, oublié cela agaça le fantôme qui prit très mal le fait qu’on pouvait s’intéresser à un tableau plutôt qu’à lui. S’avançant vers le tableau, sous son empressement il frôla le blond. Venant se mettre à côté de lui sans le toucher. Il fixa le tableau avec dédain. C’était donc lui son ennemi du jour. Il intéressait trop le sagikkun, cela le rendait presque jaloux … C’était idiot d’être jaloux d’un tableau, mais lui il pouvait le voir. Un tableau qui avait une signification pour les fantômes. Sifflant entre ses dents, Gabriel attrapa le tableau pour le faire tomber sur Pyo. S’il l’aime tant qu’il le rattrapa.

      « Traitor ! »


    Sous l’énervement, il avait parlé en anglais qui plus est. Insultant le tableau de traite. Ben oui … Il osait séduire Jin Pyo sous ses yeux. Croisant ses bras sur son torse, le fantôme semblait de mauvaise humeur. Cependant, il ne laissa pas vraiment une seconde de libre à Pyo pour lui attraper le bras avec délicatesse tout de même pour l’attirer sur un banc, le faisant s’asseoir en usant un peu de sa force, il finit par caresser doucement le visage du blond en souriant doucement. Prenant doucement une main du plus jeune, il l’a posa sur sa propre joue. Il était là, devant lui-même s’il ne pouvait pas le voir. Lâchant la main de Pyo, le fantôme baissa les yeux étant certain, que le jeune humain allait surement vouloir partir loin de lui. Il devait être perdu entre ses vagues de colères et sa gentillesse passagère.

_________________
Gabriel C. Jones
I fall asleep by the telephone. It's two o'clock and I'm waiting up alone. And tell me where have you been, I found a note with another name. You blow a kiss but it just don't feel the same. Cuz I can feel that you're gone. And bite my tounge forever. While you try to play it cool. You can hide behind your story. But don't take me for a fool. ©️PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Moon Jin Pyo
Section Arts


Informations
Messages : 163
Points : 2304
Age : 18 ans
Autres : 1ere année en arts

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Lun 2 Juil - 14:09

Mon coeur battait à toute vitesse dans ma poitrine et je décidai de regarder encore un peu le tableau pour me calmer, mais c'était pas facile... Je sentais que le fantôme il était là, quelque part tout près de moi et j'étais un peu mal à l'aise parce que je comprenais pas du tout pourquoi il venait m'embêter comme ça, ni pourquoi il voulait pas me parler... Ça me rendait un peu triste et surtout ça m'aider pas du tout à me rassurer !

Pour m'aider un peu, je serrai mon cahier un peu plus fort contre moi, comme si le fantôme il avait essayé de me le piquer une deuxième fois. Je faisais de mon mieux pour pas lui montrer que j'avais un peu peur de lui, sinon je pensais dans ma tête que ça allait peut-être l'amuser et que du coup, il continuerait de me faire peur...

Tout à coup, j'entendis quelque chose et je vis le tableau se décrocher du mur et tomber sur moi ! Paniqué, je lâchai un petit cri suraigu qui se répercuta dans la pièce et je protégeai mon visage de mes bras. Le tableau glissa et fit un gros bruit en tombant par terre.

Je voulus alors réagir, mais je sentis qu'on m'attrapait par le bras pour m'emmener vers un banc. Mais je voulais pas m'asseoir ! Pas avec le méchant fantôme ici ! Je savais pas quoi faire et quand il toucha mon visage, je me mis à rougir d'un coup.

Je questionnai le vide... le fantôme ?, des yeux, perdu et comprenant pas bien tout ce qui se passait... D'abord il m'embêtait et là il était... gentil... avec moi ?

Ce que je devinais être sa main vint prendre la mienne pour la déposer... sur son visage ? Je le touchais... Je savais qu'il était là, mais ça me faisait bizarre parce que je voyais rien ni personne. Pourtant il était là, vraiment là, tout à côté de moi ! A cette pensée je me sentis encore plus rouge qu'avant. Ce contact me perturbait un peu... C'était... étrange...

« Je... je tentai timidement, est-ce que... est-ce que tu es grand-frère ? »

C'était pour grand-frère que j'avais dit oui pour rentrer à l'université Yulyeong. Je voulais absolument le retrouver, il me manquait... J'avais très envie de lui parler, de le retrouver, de lui faire des câlins... de l'entendre me dire des choses gentilles et qu'il me réconforte quand j'étais triste... Comme avant... avant son accident... à cause de moi...

Je frottai doucement mes yeux, sentant quelques larmes en coin, je voulais pas pleurer parce que souvent on se moquait de moi... et puis on me disait que j'étais pas beau quand je pleurais et moi j'aimais bien être beau. Et puis grand-frère il était pas là pour me consoler de mon chagrin... Je reniflai un peu et je pensais que le fantôme ça devait pas être grand-frère parce qu'il avait pas répondu... Et grand-frère il était pas comme ça, c'était pas la même sensation...

J'esquissai un joli sourire en penchant ma tête sur le côté. J'allais bien, je voulais lui montrer au fantôme, même si comme il parlait pas je pensais qu'il s'en fichait si j'avais mal à mon cœur. Je bougeai un peu sur le banc, m'asseyant en tailleur de sorte que je sois face à face avec le fantôme, s'il était toujours là. J'essayai de plisser un peu les yeux pour l'apercevoir, mais c'était pas ma faute que j'y toujours voyais rien...

«Dis... Est-ce que je peux te toucher... comme je te vois pas... je commençai en rougissant d'un coup, je... je peux essayer de te dessiner ? Je sais pas pourquoi tu veux pas me parler, mais... si tu veux bien... je te dessinerai sur mon cahier ! je lui appris en souriant doucement, t'as qu'à... toucher ma main, d'accord ? »

Je la levai doucement vers le fantôme apparemment assis juste à côté de moi. Je pouvais pas le voir, et ça m'embêtait un peu, mais... s'il voulait bien que je le touche encore, je pourrais peut-être tenter un dessin et l'imaginer un peu mieux devant moi. Ça me ferait plaisir et je me sentirais un peu moins bête...

Je sentis mes joues légèrement rosir et je baissai un peu le visage pour me cacher derrière ma frange qui commençait à être un peu trop longue. Ma main était toujours levée et j'espérais secrètement que le fantôme soit d'accord... Je savais même pas si c'était une fille ou bien alors un garçon en plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.road2us.com
avatar

Jones C. Gabriel
Jeongsin Rebelle


Informations
Messages : 142
Points : 2307
Age : 21 ; mort depuis un mois.

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Lun 2 Juil - 20:14

    Silencieux comme à son habitude, Gabriel semblait aux anges, il avait réussi à capter un peu l’attention de Jin Pyo rien que pour lui. Il était si facile pour lui de le regarder sans éprouver la moindre gêne après tout, il n’avait pas à affronter ses yeux qui le détaillé. De plus, il n’était pas sur de vouloir se présenter à lui comme étant quelqu’un de bien, mais cela serait lui mentir. Sentant la main de Jin Pyo sur son visage, un léger sourire apparut sur son visage, c’était agréable, il avait l’impression d’être un peu plus vivant, bien que ce contact ne lui donnait pas totalement l’impression d’avoir sa peau contre la sienne. Il sentait sa peau, son odeur, mais c’est comme ci restait entre les deux comme pour lui rappeler qu’ils ne seront jamais réellement unis. Cela était presque décevant. Fermant les yeux en soupirant lentement, le jeune homme aurait voulu que cela le rassure. Mais quand bien même il cherche parfois le contact avec les humains, il devait se rendre à l’évidence de cette triste réalité. Plus jamais, plus rien ne sera comme avant. Peut-être que s’il n’était pas mort, il aurait pu croiser Pyo avant… Rah ! Non il faut être réaliste, jamais ils ne se seraient vu avant. Il était assez loin de l’école avant de mourir. Revenant de ses pensées en entendant le plus jeune lui demander s’il était son frère, il fut un peu surpris, il avait perdu un grand-frère. Oh ! Il ne devait pas être à l’école, du moins, comment pourrait-on laisser un jeune homme aussi beau et adorable seul.

    Oh … Son frère était-il au moins devenu fantôme, il avait peut-être trouvé la paix intérieure. Ne répondant rien, ne voulant pas laisser le blond affronter ca triste réalité. Le fantôme se contenta d’attendre. Il semblait soudainement triste, il aurait voulu l’aider, mais il ne savait comment agir. Cela était réellement perturbant pour lui, le serrer dans ses bras, le consoler, lui dire que son frère était surement là qu’il voulait bien l’aider à le trouver… Il ne trouva cependant pas le courage de lui dire tous ses mots, restant silencieux comme à son habitude, ne se décidant pas vraiment à être acteur dans cette histoire.

    Pourtant Jin Pyo afficha un sourire, peut-être qu’il ne voulait pas inquiéter les gens autour de lui. Ce gamin avait un courage particulier mais pas inexistant. Beaucoup aurait fondu en larme sans pouvoir se calmer. Il arrivait lui à se retenir et ne pas pleurer. Il n’était peut-être pas si fragile qu’on pourrait le croire en le voyant, bien au contraire. Un étrange personnage ce Pyo, mais cela le rendait encore plus intéressant au fond. D’ailleurs, le jeune fantôme fut drôlement étonné d’entendre la question du blond. Restant un long moment sans réagir, il se mordit la lèvre inférieure, avant de tourner le regard. Que faire ? Cela était compliqué. Soupirant lentement, le fantôme se mit à fixer la main de Pyo. Est-ce que cela était une bonne idée ? Il n’en était pas vraiment certain, mais il avait tellement envie de sentir encore la main de Jin Pyo sur lui.

    Levant doucement sa main, l’américain laissa sa main frôler celle du Sagikkun bien que rapidement il la retira de peur qu’il ne sente un tremblement. Il avait tellement voulu pouvoir être proche de lui, du début, mais il semblait si prendre comme un pied à chaque fois. Se mordant doucement la lèvre inférieure, le jeune homme ferma quelque peu les yeux ayant un peu peur de l’arriver de la main sur lui. Peut-être devrait-il guider sa main non ? Cela serait surement plus simple pour les deux. Retournant au contact de la main du blond, il lui fit poser sa main à nouveau sur sa joue. En même temps, tout cela l’amusait un peu, il était curieux de voir son dessin à la fin. Il allait voir si le petit avait du talent ou pas. Il aurait voulu placer un mot, une parole, mais il semblait bien trop sous le charme de son cadet étant incapable de placer un mot. Lui qui avait toujours eu du bagou pour parler et séduire il se sentait totalement désarmé devant le petit humain.

    Laissant glisser sa propre main sur le bras de Pyo, il vint rejoindre le visage du blond caressant un peu sa joue avec une grande tendresse et délicatesse avant de laisser tomber sa main le long de son corps. Il ne pouvait pas trop le toucher, il pourrait surement prendre peur. Après tout, il ne savait rien de lui, il ne pouvait pas lui faire confiance. Peut-être qu’un jour il arrivera à lui parler et au moins se présenter correctement à lui.

_________________
Gabriel C. Jones
I fall asleep by the telephone. It's two o'clock and I'm waiting up alone. And tell me where have you been, I found a note with another name. You blow a kiss but it just don't feel the same. Cuz I can feel that you're gone. And bite my tounge forever. While you try to play it cool. You can hide behind your story. But don't take me for a fool. ©️PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Moon Jin Pyo
Section Arts


Informations
Messages : 163
Points : 2304
Age : 18 ans
Autres : 1ere année en arts

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Mar 3 Juil - 12:51

Je comprenais pas bien ce qui se passait entre nous deux, entre le fantôme et moi, mais... mais ça m'intriguait beaucoup et même si je sentais toujours mon cœur battre tout vite à cause que j'avais un peu peur, j'avais envie de rester là, assis juste à côté de lui et de le connaître un peu. De le toucher aussi... pour pouvoir le dessiner et j'espérais que mon dessin lui plairait et que je me tromperais pas en le faisant ! Ça m’embêterait drôlement si je me trompais ou que je le faisais pas bien !

Ma main toujours en l'air, je me demandais déjà si le fantôme il allait bien vouloir que je le touche un peu... Et puis je sentis quelque chose frôler ma paume. Je redressai le visage et penchai le visage en esquissant un joli sourire, comme pour le remercier d'être d'accord. De mon autre main je sortis deux crayons de ma poche et les posai sur mon cahier sur mes genoux.

On me conduisit doucement et ma main revint se poser sur son visage. Je me sentais tout bizarre et je rougis d'un coup, mais je me trouvais aussi drôle la main en l'air et de ne rien voir ! Je fis un sourire au fantôme et quand lui aussi il me toucha une nouvelle fois, j'avais l'impression d'être devenu une grosse tomate toute rouge qui serait passée dans un four à très haute température ! Olala !

Moi je bougeais pas vraiment, je me laissais juste faire en frissonnant tout doucement. Je savais pas quoi penser de ce qui se passait parce que... parce que le fantôme il avait quand même voulu m'assommer avec le joli cadre tout à l'heure, il m'avait piqué mon cahier et me l'avait jeté dessus alors que je lui avais rien fait et puis là... là il était... différent ; il était gentil et doux avec moi. Ça me perturbait et à part piquer des fards monumentaux je savais pas comment réagir...

Tout à coup le contact sur mon visage se rompit et je paniquai un peu, cherchant quelque chose pour me rassurer... mais je voyais pas le fantôme... alors je déglutis timidement et je levai doucement ma seconde main pour la poser de l'autre côté de son visage. Je rougis de plus belle, mais je me reculai pas parce que je voulais vraiment le dessiner pour l'imaginer mieux devant moi.

Délicatement et en faisant très attention, du bout de mes doigts je frôlai ses yeux, son front, son nez, sa bouche, son menton... Je prêtai beaucoup de concentration pour avoir un maximum de détails et ainsi pouvoir faire son portrait. Et je me rendis compte aussi que le fantôme c'était un garçon. J'avais déjà eu l'occasion de dessiner des hommes et leurs traits ils étaient plus marqués que ceux des femmes...

Je fis le contour de ses lèvres, remontant tout son nez, puis ses yeux. Il avait l'air... beau... bien fait... J'avais un peu peur que mon dessin soit pas à la hauteur de qui il était vraiment et ça me mettait dans l'embarras. J'aurais bien honte si mon portrait était raté !

« Je... je peux toucher tes cheveux ? », je lui murmurai timidement en laissant glisser ma main dans sa chevelure.

J'avais demandé parce que j'aimais pas trop quand on me décoiffait. J'y faisais attention et puis j'aimais bien quand ma frange elle était bien mise, alors c'était pour ça que j'avais posé la question au fantôme, lui aussi devait faire attention à toujours être bien, à toujours être... beau.

Je retirai mes mains de son visage et le mien toujours aussi rouge, j'ouvris mon cahier pour trouver une page vierge. Je me munis d'un de mes deux crayons à papier et je commençai à dessiner les traits de son visage. J'avais deviné qu'il était pas coréen comme moi, parce que la forme de ses yeux n'étaient pas aussi prononcée que celle des coréens. C'était peut-être un français ? Ou un américain ? Je savais pas, je me contentais juste de reproduire ce qui j'avais touché.

Son nez était plutôt bien centré, ni trop gros comme celui de mon papa, ni trop fin comme celui de ma maman, juste entre les deux et il était pas trop long non plus, juste bien comme il fallait je trouvais. Je traçai ensuite sa bouche, avec ses lèvres qui étaient assez charnues... et je m'attaquai ensuite à ses cheveux que je voyais un peu en pétard sur sa tête. J'esquissai un sourire et je notai la date en haut à droite de ma feuille.

« J'ai... j'ai fini ! je lui appris, t'es toujours là ?... je l'interrogeai, tu veux regarder ? Je te montre, mais que si tu me dis comment tu t'appelles, t'es d'accord ? », je lui souris en plaquant mon cahier contre mon torse et en le tenant le plus fort possible pour pas qu'il me l'attrape comme tout à l'heure.

Un petit rire amusé sortit de ma bouche et je m'empressai de mettre ma main devant. Il connaissait comment je m'appelais moi, alors je voulais savoir son prénom moi aussi ! Et puis je pourrais donner son nom à mon portrait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.road2us.com
avatar

Jones C. Gabriel
Jeongsin Rebelle


Informations
Messages : 142
Points : 2307
Age : 21 ; mort depuis un mois.

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Mer 4 Juil - 20:33

    S’il avait pu son cœur se serait surement emballé en sentant à nouveau la main du blond contre sa joue. Sentant un certain apaisement dans son corps, le fantôme semblait trouver un peu de répit dans sa colère. Fermant doucement les yeux pour profiter de cette main qui lui apporter de la chaleur, Gabriel se laissait faire sans même broncher un seul instant. A vrai dire, il était plutôt ravi de pouvoir partager un tel moment avec le plus jeune. Rouvrant les yeux, il se mit à sourire légèrement en voyant les rougeurs de son cadet, il était tellement beau. Le fixant du regard tendrement, il se dit que finalement cela avait du bon que Jin Pyo ne puisse le voir, il pouvait laisser transparaitre son attirance pour lui, sans qu’il ne se doute de rien. Cela lui éviterait de se faire rembarrer. Après tout, qu’est-ce qui pouvait lui laisser entendre qu’il aurait pu lui plaire ? Rien. Il n’était surement pas son genre et encore ! Il faudrait que le blond s’intéresse aux hommes, il n’en savait rien. Enfin pourquoi y réfléchir cela ne servirait à rien. Souriant de plus belle à la question de Jin Pyo, le jeune Américain se laissa faire, fermant à nouveau les yeux. Il avait toujours adoré cela, qu’on lui touche les cheveux, que joue avec ou qu’on lui masse le crane. Il était assez tactile et c’était surement l’endroit où il aimait le plus qu’on le touche pour le détendre. Bien qu’il aimait bien aussi quand ses amis lui frôlaient juste du bout des doigts ses bras. Des « papouilles » comme il appelait cela. Il était toujours à poursuivre ses amis avant qu’il ne meure pour qu’on s’occupe de lui, qu’on le câline. Il n’avait pas un manque d’affection à combler pourtant, mais il avait besoin de cela. Tel un chat qui se délecte des tendresses qu’on peut lui faire, du moins, quand il l’a décidé.

    Sentant ses mains quitter son visage, le fantôme fut presque déçu que cela soit déjà terminé. Il avait l’impression d’avoir à peine eu le temps de profiter de cette agréable sensation qu’on lui retirait brusquement. Cependant, il n’eu pas la force de faire une crise ou se montrer boudeur. Il avait qu’une envie voir le dessin qu’allait faire Pyo de lui. Est-ce qu’il allait réussir à le dessiner avec si peu de détail ? Il aurait tout son respect de faire quelque chose qui lui ressemble, même si ce n’est pas un portrait exact, il était sur que cela pourrait être fabuleux. Attends sagement, bien qu’impatiemment tout de même, le jeune homme faisait les quatre cents pas dans la chapelle. Etudiant ce lieu, il aimait bien cet endroit, à vrai dire … Il espérait un jour venir ici pour être lié à un humain, il n’était pas sur qu’on veuille de lui, mais il avait l’éternité pour attendre et trouver la bonne personne. Un Munyeo… Malheureusement ses relations avec ces derniers n’étaient pas au beau fixe, bien que le jeune homme semblait apprécier être avec Mee Sook.

    Alors qu’il se perdait un peu dans ses pensées, la voix de Jin Pyo se fit entendre et rapidement l’occidental vint se remettre à côté de lui. Soupirant un peu contrarié, il fit une légère grimace. Il allait savoir qui lui fait du mal et sa réputation n’était pas au beau fixe dans cette école, il risquait d’en entendre se plaindre de lui. Mais d’une certaine façon, il ne pouvait rester plus longtemps silencieux. De toute façon, il venait de rendre les armes, il avait bien levé la main pour se lancer dans un duel de force qu’il pensait remporter, mais entendre le rire du blond eu pour effet de lui transpercer le cœur. Frissonnant légèrement, de nouveau son air attendrit pris place sur son visage. Comment dire non au garçon le plus charmant de toute la planète ?

      « Je m’appelle Gabriel. »


    Un coréen parfait mis à part son petit accent Américain qui restait toujours présent. Le jeune homme ne put s’empêcher de sourire et tout en se penchant il vint déposer un léger baiser sur la joue de Jin Pyo.

      « Tu es adorable. Il faut pas … »


    Car celui lui fait perdre ses moyens et il se retrouve faible devant lui. Par contre, il aurait surement du l’embrasser sur la joue après avoir vu le dessin, mais il n’avait pas pu se retenir, il avait agit par envie, sous l’effet de l’envie et de la pulsion, un peu comme si son corps fantomatique avait des réactions humaines. Cela était peut-être dû à son décès récent ou tout simplement qu’être un fantôme n’était pas si désagréable au fond. On raconte même que certain fantôme avait des vies sexuelles épanouie. La sienne ressemblait surtout à un désert total, mais cela était étonnant … Enfin quoiqu’il en soit, il avait hâte de voir son portrait ! Posant sa main sur le cahier de Jin Pyo, il tira légèrement dessus, juste pour faire pression pour l’inciter à lui faire voir.

_________________
Gabriel C. Jones
I fall asleep by the telephone. It's two o'clock and I'm waiting up alone. And tell me where have you been, I found a note with another name. You blow a kiss but it just don't feel the same. Cuz I can feel that you're gone. And bite my tounge forever. While you try to play it cool. You can hide behind your story. But don't take me for a fool. ©️PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Moon Jin Pyo
Section Arts


Informations
Messages : 163
Points : 2304
Age : 18 ans
Autres : 1ere année en arts

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Dim 8 Juil - 13:40

Je demeurai silencieux un petit moment en entendant le fantôme... en entendant Gabriel, me répondre. Je m'y étais pas du tout attendu en fait et c'était ça qui m'avait un peu surpris. Ça me faisait drôlement plaisir qu'il ait bien voulu me dire son nom... Gabriel... Moi je le trouvais très joli et je me dépêchai de l'écrire sur mon dessin, juste en dessous de la date.

Je lui fis un joli sourire comme pour le remercier et puis je sentis qu'il me fit un bisou sur la joue ! Une fois encore, j'avais les joues toutes rouges et j'avais un peu chaud. Je baissai doucement le visage pour cacher un peu mes rougeurs parce que ça me mettait pas très très à l'aise et je laissai Gabriel attraper mon cahier pour qu'il puisse voir le portrait que j'avais fait de lui. Je fixai le sol, attendant sagement son verdict. Est-ce que ça lui plaisait ? Et si ça lui plaisait pas... est-ce qu'il allait me jeter le cahier dessus encore, comme tout à l'heure ? A cette pensée, j'esquissai une petite moue renfrognée et je fis timidement deux pas en arrière, au cas où...

Le silence s'étendait et moi ça m'embêtait un peu, j'avais drôlement envie de savoir si ce que j'avais fait ça ressemblait bien à Gabriel ! Et puis s'il était vraiment comme ça... Moi je le trouvais aussi beau que son prénom !

« Dis... je m'exclamai tout à coup, je t'ai bien dessiné ? T'es comme ça pour de vrai ? Enfin je veux dire... »

Je me tus, interdit, et rougis, gêné. « Pour de vrai »... C'était assez bizarre de dire ça en fait, c'était pas si lui était là pour de faux. C'était juste parce que moi je pouvais pas le voir que j'avais dit ça. J'espérais que ça l'énerverait pas, j'aimais bien quand il était là et qu'il était gentil avec moi. Et puis sa voix me plaisait aussi, j'avais encore envie de l'entendre me parler alors moi je devais lui dire des choses ! J'aurais peut-être de la chance et il voudrait bien me répondre !

Je touchai ma frange, dodelinant un petit peu ma tête pour la faire sortir de mes yeux et je parlai de nouveau à Gabriel :

« Ça fait pas très longtemps que je fais du dessin... Mais tu sais, j'ai déjà participé à un concours et je suis arrivé en deuxième ! je lui appris un peu fier de ça, et puis le professeur il dit que je me débrouille quand même bien alors voilà... Tu sais dessiner toi, Gabriel ? je lui demandai un grand sourire plaqué sur le visage, oh dis ! je fis en ayant une idée pour le connaître davantage qui venait de me traverser l'esprit, tu veux bien me parler un peu de toi ? Je devine et toi tu... si tu veux toujours pas me parler... tu peux me toucher encore la main, comme tout à l'heure, tu es d'accord, dis ? »

J'avais secrètement très envie qu'il soit d'accord ! J'avais aussi vraiment très envie de l'entendre me dire quelque chose encore, n'importe quoi, même qu'il ne voulait pas faire ce « jeu ». Comme je le voyais pas, je pouvais pas non plus savoir s'il me faisait des sourires ou pas, alors sa voix, pour moi, ce serait comme s'il souriait. Et j'avais envie qu'il me parle, parce que moi je trouvais ça important de faire sourire les autres, et puis c'était toujours plus agréable de discuter avec quelqu'un qui souriait !

J'esquissai moi-même un joli sourire et puis je repris le cahier des mains de Gabriel pour le lever un peu devant moi, faire comme si je le voyais bien. C'était dur, mais je faisais de mon mieux pour l'imaginer là, en face de moi. Je repensais tout à coup à grand-frère, me demandant comment est-ce que je pourrais le retrouver si je le voyais pas... Mais, est-ce que c'était devenu un fantôme déjà grand-frère ? Peut-être que oui, mais peut-être que... non...

« Gabriel... je murmurai timidement, tu sais... je... Je peux te demander... Non... je me ravisai moi-même, non, rien, c'est rien... Tu es d'accord pour le jeu alors ? », changeai-je de sujet en tendant un peu ma main devant moi.

Ce que j'avais pensé lui demander, c'était un peu idiot, surtout que je le connaissais pas beaucoup... Il serait probablement pas d'accord de toute façon, peut-être qu'il se moquait de moi et que je le voyais pas ! Je savais pas, j'ignorais un peu tout en fait et je me sentais perdu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.road2us.com
avatar

Jones C. Gabriel
Jeongsin Rebelle


Informations
Messages : 142
Points : 2307
Age : 21 ; mort depuis un mois.

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Mar 10 Juil - 19:27

    Attrapant le dessin entre ses mains, le fantôme fixa le portrait silencieusement sans rien dire. Le regard fixé sur le dessin, un léger sourire naquit sur son visage. Il avait quelque petits points pas tout à fait exact, mais il s’en était sortit comme un chef c’est comme ci il avait réussi à le voir. Relevant les yeux vers la tête blonde, il se mit à sourire de plus belle en le regardant. Son cœur mort semblait être quelque peu vivant et surement ses habitudes non disparut, il eut l’impression de se sentir tout simplement heureux et emporté par une montée d’adrénaline. Cela était stupide venant d’un fantôme n’est-ce pas, vous n’avez plus de cœur qui fonctionne, le cerveau non plus … Juste une âme. Certains disent cependant que les âmes ont beaucoup à voir avec les sentiments, alors peut-être que cela n’était pas juste une impression, mais bel et bien la réalité. Le jeune homme se mit soudaine à retenir un léger rire alors que le pauvre Jin Pyo semblait s’en vouloir de lui avoir rappelé qu’il n’était pas réel. Il était tellement mignon et innocent que cela n’eu pas pour effet d’énerver le fantôme. Caressant doucement la joue de son cadet tout en reposant doucement le cahier sur le banc. Le fantôme essayait de lui faire comprendre qu’il avait vu juste. Il se trouvait d’ailleurs bien trop beau sur le dessin, il n’était pas vraiment sur de mériter quelque chose d’aussi avantageux. Mais … Qu’importe, après tout, Jin Pyo ne pourra jamais le voir autant le laisser l’imaginer au mieux.

    En tout cas, ce jeune asiatique était un vrai moulin à vent, si Gabriel avait comme une certaine peur à lui adresser encore la parole, le plus jeune semblait s’appliquer pour remplir le vide. Il était capable de parler pour deux, c’était plutôt intéressant. Ca ne lui déplaisait pas, au contraire, il avait toujours préféré entre en présence de personne extravertie capable de parler facilement plutôt que ceux à baisser le nez incapable d’assembler plus de deux mots à la suite. Souriant un peu, il finit par se résoudre à faire des efforts de son côté. Du moins, juste un peu. Il n’était pas vraiment sur d’avoir envie de répondre à tout, surtout si cela concerne sa vie d’avant. Après tout, cela étant tout récent, il éprouve encore du mal à aborder un tel sujet. C’était réellement le sujet le plus sensible qu’il puisse y avoir pour lui. Il avait peur de se mettre en colère en abordant sa mort, d’ailleurs rien que d’y penser, il avait cette horrible impression de bouillonner intérieurement. Non, il fallait qu’il se calme, qu’il ne pense pas à cela, il n’allait peut-être pas lui demander. Après tout… Tous les fantômes en général sont morts de façon tragique. Le directeur lui à déjà dis que personne n’y était pour rien dans sa mort, le seul coupable était la mal chance, mais l’idée de disparaitre à jamais empêcher l’américain d’accepter cette idée. Passant sa main dans ses cheveux en grimaçant un peu, le fantôme finit par ouvrir les lèvres pour parler.

      « Non, je ne sais pas dessiner… Je n’ai pas eu le temps de m’y consacrer … »


    Oh certes, comme beaucoup il avait déjà gribouillé ses anciens cours et il avait déjà fait des sortes de dessins pervers pour faire marrer ses amis dans la classe, mais rien de très sérieux. Même les cours venaient à lui manquer.

      « D’accord pour ton jeu. Je vais essayer de te répondre au mieux. »


    Il n’allait surement pas vouloir répondre à tout, mais au moins faire un effort là-dessus. Soupirant lentement, il remarqua que son interlocuteur semblait un peu soucieux, que lui arrivait-il ? Penchant la tête sur le côté, Gabriel eu envie de le réconforter, mais il ne fallait pas non plus abuser. Il n’était pas quand même au point de vouloir l’avoir dans ses bras… Si ? Se massant doucement la nuque, le fantôme fit semblant de n’avoir rien remarqué. Cependant, les paroles de Jin Pyo l’empêchèrent de faire semblant plus longtemps. Il était contrarié par quelque chose, mais quoi ? Il changé même de sujet, peut-être ne fallait-il pas de suite l’attaquer avec cela et attendre un peu avant de lui en parler. Tout le monde à des sujets difficiles à aborder. Attrapant doucement la main du blondinet dans la sien, il acceptait son jeu. Il n’allait pas le faire attendre plus longtemps, autant essayer de lui faire changer les idées pour le moment. Lâchant presque à regret la main de plus jeune, il finit par attendre sagement sa question. Ce mettant tout de même à regarder autour d’eux pour chercher et fouiner. S’approchant d’un petit meuble en face d’eux, il se mit à fouiller à l’intérieur, trouvant surtout de vieux écrits, dans plusieurs langues. S’amusant à dérouler les rouleaux ressemblant à une sorte de parchemin, le fantôme mettait en foutoir monstre dans les lieux. Riant un peu il finit par revenir proche du plus jeune tout en se posant sur le banc en prenant les rouleaux sur ses jambes pour regarder tranquillement.

      « Je t’écoute. »


    Lisant tout de même un peu, il remarqua rapidement sa langue natale ce qui eu pour effet d’améliorer encore sa bonne humeur. Il fallait mieux en profiter, cela risquerait de changer plus vite qu’on pourrait le penser…

_________________
Gabriel C. Jones
I fall asleep by the telephone. It's two o'clock and I'm waiting up alone. And tell me where have you been, I found a note with another name. You blow a kiss but it just don't feel the same. Cuz I can feel that you're gone. And bite my tounge forever. While you try to play it cool. You can hide behind your story. But don't take me for a fool. ©️PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Moon Jin Pyo
Section Arts


Informations
Messages : 163
Points : 2304
Age : 18 ans
Autres : 1ere année en arts

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Jeu 12 Juil - 11:52

Lorsque j'entendis la voix de Gabriel encore une fois, je restai un peu les bras ballants. A chaque fois qu'il me parlait, ou qu'il me répondait, je m'y attendais pas en fait et je trouvais ça... Bizarre. Mais pas un bizarre mauvais, un bizarre bien, parce que je me disais dans ma tête que s'il voulait bien me parler maintenant, alors qu'il le faisait pas au début, c'était peut-être parce qu'il commençait à bien m'aimer ? Je savais pas du tout et le fait de pas arriver à le voir ça arrangeait pas trop trop les choses...

Je mis quelques secondes à assimiler qu'il venait de prendre ma main et aussi de me dire qu'il était d'accord pour mon « jeu ». Ce fut uniquement quand je l'entendis fouiller dans un meuble pas très loin de nous que je revins un peu sur terre et que je repris mes esprits. Je me demandais aussi qu'est-ce qu'il faisait là-bas ? Que cherchait-il ? En haussant doucement mes épaules, je me dis que ça me regardait pas après tout, même si j'étais drôlement curieux !

Tout à coup, je le sentis passer tout à côté de moi et je devinais qu'il venait de s'asseoir de nouveau sur le banc. Moi je m'approchai et fis de même, posant mon cahier de dessin juste à côté de moi. Je l'avais laissé ouvert et je regardais assez souvent le portrait que j'avais fait de Gabriel pour vraiment l'imaginer assis là. C'était important pour moi de savoir comment il était, ça me faisait tout drôle de discuter avec quelqu'un que j'arrivais pas à voir... Et ça m'embêtait un peu aussi, mais c'était vraiment pas de ma faute !

« Gabriel, je repris la parole, quand je t'ai dessiné... Euh, t'es pas un coréen pas vrai ? je rougissais, tu viens d'où ? Tu veux bien me parler de ton pays ? je lui demandai, curieux, tu sais moi je suis jamais parti loin de la Corée alors je connais pas trop trop, mais je trouve ça drôlement chouette que toi tu viennes d'ailleurs, mais que tu saches quand même parler la même langue comme moi ! Tu te trompes pas des fois, dis ? Ça doit être pas être facile ! », je m'enthousiasmai en lui offrant un joli sourire.

Moi j'aimerais bien voyager dans des pays que je connaissais pas ! Mais bon, comme je parlais que coréen, je pensais dans ma tête que ça serait pas très très simple pour discuter avec les personnes des autres pays... Moi je voudrais aller en Russie ! Mon papa il disait tout le temps qu'il faisait drôlement froid là-bas et qu'y avait pas grand-chose d'intéressant, mais moi ça m'intriguait un peu et puis je trouvais ça rigolo comment ils s'habillaient les gens avec leurs grosses fourrures sur la tête et tout !

Grand-frère lui, il m'avait dit une fois qu'il aurait aimé visiter l'Australie ! Il m'avait raconté qu'y avait presque toujours le soleil et qu'il pleuvait pas trop trop. Moi je connaissais pas l'Australie, je savais juste qu'y avait des kangourous ! C'était drôlement mignon ça, les kangourous. Et puis grand-frère je me souvins qu'il avait rigolé parce que lui il voulait partir au chaud et moi dans le froid !

Je sentis mon cœur se serrer un peu dans ma poitrine et je pensais que je devais arrêter de songer à grand-frère. Je pensais à lui tout le temps, trop souvent même, et ça me faisait beaucoup de mal parce que je savais pas où il était. Pour moi c'était obligé que ce soit un fantôme ! J'avais à tout prix envie de le retrouver et de lui dire pardon !

« Gabriel... je le rappelai timidement une nouvelle fois, est-ce que... est-ce que tu me souris ? je l'interrogeai un triturant ma veste un peu mal à l'aise de lui poser cette question, tu sais, c'est important de sourire ! »

Ça n'avait absolument rien à voir avec ma précédente question, ça je le savais bien, mais je voulais savoir s'il était content ou pas, s'il se moquait de moi ou non, s'il se sentait bien ou pas... tout ça, tout ça que je pouvais pas deviner ni voir.

Je soupirai tout doucement et touchai encore un peu mes cheveux pour arranger ma frange. Est-ce que j'avais le droit de poser d'autres questions au fantôme ? J'avais plein de choses à lui demander, mais je savais pas s'il allait bien vouloir me parler ou alors si ça allait pas le mettre en colère et qu'il s'en irait. Moi j'avais envie qu'on reste encore un peu tous les deux ensemble, il me faisait un peu moins peur qu'au début.

En regardant autour de moi, je remarquai quelque chose qui volait, comme une feuille. Intrigué, je me relevai et me dirigeai vers elle. Je me baissai pour l'attraper et je vis que c'était un de mes dessins ! J'avais dû l'oublier de le ramasser tout à l'heure, heureusement que je l'avais retrouvé, j'aurais été un peu embarrassé si quelqu'un était venu me le rapporter !

J'avais fait ma maman en train de cuisiner, elle souriait et était heureuse. C'était mon dessin pour le concours où j'avais été deuxième. Je me souvenais plus trop trop du sujet, mais je me disais que c'était bien ce que j'avais fait pour arriver presque premier ! Et puis moi il me plaisait, alors c'était l'essentiel.

Je repartis en trottinant sur le banc pour le ranger dans mon cahier.

« Dis Gabriel, tu aimes... »

Je me stoppai d'un coup parce que je le sentais plus à côté, comme tout à l'heure.

« Tu es là ?... », je murmurai pas vraiment très rassuré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.road2us.com
avatar

Jones C. Gabriel
Jeongsin Rebelle


Informations
Messages : 142
Points : 2307
Age : 21 ; mort depuis un mois.

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Ven 13 Juil - 16:38

    La tête perdue dans les rouleaux, l’américain semblait bien pensif. Peut-être cherchait-il un moyen de se sortir de cette situation, de ce corps fantomatique dont il ne voulait plus avoir affaire. Qu’importe ce qu’il pourrait trouver tout pourrait satisfaire le fantôme. Il allait forcément trouver des réponses, plus que celle que les professeurs donnent aux élèves. Se lier … Il était persuadé que cela n’était pas le seul moyen pour faire partir sa solitude. Mettant les rouleaux dans tous les sens il semblait un peu perdu, il y avait bien trop d’information, mais rien pour l’aider. Cela ne plaisait guère à l’esprit qui semblait sentir sa colère remonter soudainement. Pourtant les mouvements à côté de lui, le calma quelque peu et rapidement il posa son regard sur son voisin, affichant un léger sourire. Jin Pyo semblait s’en vouloir un peu de ne pas pouvoir le voir. Le dessin à côté de lui, le petit blond semblait vouloir l’imaginer en vrai, ce n’était pas facile à faire, très difficile même. S’il parvenait à le visualiser, son cadet réussirait à réellement l’impressionner ! Son voisin semblait si vivant et plein d’activité, Gabriel lui attendait simplement que les jours s’écoulent, combien de temps depuis son réveil dans l’hôpital ? Environ un mois, surement plus. Le fantôme était comme perdu, par chance il n’était pas comme ses vieux esprits qui traînent dans l’école qui ont presque oublié leur propre nom. Finir comme ça ne lui plairait pas, il ne voulait oublier, ne pas oublier sa famille, ses amis, ses amours et ce fameux jour. Son corps n’avait même pas encore été rapatrié aux USA, affaire politique derrière tout cela. Sa famille n’a pu faire son deuil, d’ailleurs une fois son corps loin de la Corée du Sud, serait-il contraint de quitter le pays ? Tiré par des forces invisibles ? Soupirant doucement ce n’était pas le moment de se poser des questions, mais de répondre à celle de Jin Pyo.

      « Exact… Je ne suis pas coréen mais Américain, je viens de New York… C’est assez différent d’ici, vous êtes trop respectueux les uns envers les autres, certaines vous choque alors que chez nous, cela est quelque chose de naturel, deux cultures différentes, mais j’arrive à m’en sortir, j’ai de la chance mon cerveau semble doué pour apprendre les langues étrangères. Au début j’ai eu du mal avec certain mot, surtout l’écrit, hum … Tu sais je n’ai fait qu’un seul voyage dans ma vie et voilà où j’en suis… »


    La gorge un peu serrée, il devenait difficile pour le jeune homme d’affiler plusieurs paroles à la suite sans se sentir nostalgique. Il ne voulait pas empêcher Jin Pyo de voyager, au contraire, mais c’était juste … Une mise en garde, il ne faut pas se croire immortel, ou bien encore penser qu’on ne risque rien parce qu’on est dans un autre pays. Baissant le nez vers les rouleaux, le fantôme avait l’impression que s’il n’était pas mort, des larmes auraient coulé le long de ses joues. Cependant, comme tout bon fantôme, il semblait incapable de transmettre ses émotions. La question du vivant eu pour effet de surprendre le mort qui sur le coup ne sut quoi dire. Est-ce qu’il souriait ? Pas vraiment de suite, mais il ne voulait faire de mal à Jin Pyo et lui faire croire que plus rien n’allait bien.

      « Hum … Oui par moment, ça dépend de toi. »


    Un peu évasive comme réponse certes, mais il ne savait pas vraiment quoi lui répondre d’autre, se levant presque en même temps que le plus jeune le fantôme laissa sur place les rouleaux, pour aller fouiller un peu plus loin. Rien de bien intéressant, mais quand le pauvre Jin Pyo revint vers le banc avec un dessin, Gabriel fut un peu triste de voir que son « ami » ne pouvait toujours pas le voir. Fixant le blond, l’américain laissa de nombreuses minutes passer avant de déceler les lèvres. Il ne pouvait pas retomber dans le silence, pas que maintenant que Jin Pyo sait qu’il existe et qui il est. Ayant cependant comme une boule dans la gorge, il lui était redevenu de impossible de parler librement. Revenant lentement vers le plus jeune, l’américain finit par attraper lentement son cadet dans ses bras, le serrant contre lui alors qu’il calait son front dans le dos de Jin Pyo.

      « Fais-moi confiance, je te promets de plus te faire peur ou de mal, pardonne moi… Je … Je ne savais juste pas comment venir te parler. »


    Attrapant doucement le dessin entre les doigts du blond, Gabriel le laissa de façon à ce que le dessinateur puisse le voir également. Restant collé contre lui, il avait besoin d’un peu de présence humaine, il se sentait vivant ainsi. Souriant en regardant le dessin, il avait l’impression d’être chez lui avec sa mère, la regardant préparer le repas. Même si Gabriel avait les visions plutôt sombre, Jin Pyo lui voyait la vie du bon côté, il avait mine de rien un don évident ! Lui rendant doucement le dessin, il la lâcha à contre cœur retournant s’asseoir sur le banc en poussant les rouleaux au sol. Bien qu’une phrase retenu son attention.

      « Cela aurait été moi, je t’aurais donné le premier prix. »


    Enfin … Certes, il n’avait pas vu le dessin du premier, mais bon, sachant le côté pervers de Gabriel, si Jin Pyo aurait eu le malheur de rouler des hanches sans même le vouloir, il lui aurait décerné le premier prix de suite. Soupirant doucement, le fantôme ferma les yeux quelque instant comme pour se « reposer ». Se mordant un peu la lèvre inférieure il finit par rouvrir les yeux, tout en touchant du bout de l’index le ventre du blondinet avant de rire.

      « Question suivante ? »


    On s’intéressait à lui et cela plaisait grandement à Gabriel, enfin un public pour l’écouter se plaindre et peut-être le comprendre qui sait …

_________________
Gabriel C. Jones
I fall asleep by the telephone. It's two o'clock and I'm waiting up alone. And tell me where have you been, I found a note with another name. You blow a kiss but it just don't feel the same. Cuz I can feel that you're gone. And bite my tounge forever. While you try to play it cool. You can hide behind your story. But don't take me for a fool. ©️PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Moon Jin Pyo
Section Arts


Informations
Messages : 163
Points : 2304
Age : 18 ans
Autres : 1ere année en arts

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Lun 16 Juil - 9:29

J'écoutais sagement Gabriel me parler de son chez lui. Moi je connaissais pas New York, enfin si, grâce aux cartes ou à l'ordinateur, mais j'y avais jamais été là-bas. L'Amérique je savais juste que c'était quand même grand et qu'y avait plein de gens qui parlaient pas coréen ! Oh, et c'était aussi à New York qu'y avait la Statue de la Liberté, non ? On me l'avait déjà montré en photo, je l'avais trouvé jolie et puis j'aimais bien sa couronne...

Je hochai doucement le visage quand le fantôme il me dit qu'il avait fait qu'un seul voyage. J'avais compris ce qu'il voulais dire par-là... Moi je me doutais que ça devait pas être facile de parler de ça, alors je l'embêterais pas à lui poser des questions dessus et lorsqu'il me répondit que ça dépendait de moi, son sourire, je sus pas trop trop comment le prendre. Je pensais juste, dans ma tête, que j'avais envie qu'il fasse des sourires Gabriel, alors j'essaierai de faire de mon mieux pour le faire sourire ! Moi j'aimais beaucoup ça, les sourires.

Alors que je retournai vers le banc pour remettre le dessin de ma maman en train de cuisiner qui avait volé dans la pièce, je sentis que Gabriel il était plus là, assis sur le banc... Est-ce qu'il était parti ? Est-ce que je lui avais fait du mal en lui demandant de me parler de son pays à lui ? Peut-être qu'il avait été en colère quand je lui avais demandé s'il souriait, parce que moi je pouvais le voir ça ?... Je déglutis doucement, regardant autour de moi, essayant de voir ou juste apercevoir un de ses mouvements, en vain.

Je tenais le dessin tout fort contre moi, mon cœur s'était remis à battre un peu plus vite, je le sentais dans ma poitrine et j'allais commencé à paniquer si ça continuait comme ça. Je lui en voulais un peu à Gabriel de pas se montrer, ça me faisait peur... mais en même temps je m'en voulais aussi à moi de pas pouvoir voir les fantômes ! C'était pas facile du tout, et même quand je faisais de gros efforts, je les voyais pas du tout !

Tout à coup, la sensation de tout à l'heure, quand Gabriel était tout près de moi, revint et à peine quelques secondes après, je sentis qu'il me tenait tout contre lui, pareil que moi qui tenait mon dessin. J'osai pas trop trop bouger et je sentis mes joues devenir un peu plus rouges. Je baissai un peu la tête pour cacher mes rougeurs derrière mes cheveux et quand le fantôme il me dit pardon, je compris pas pourquoi il s'excusait. C'était lui qui m'avait déjà fait peur à l'école en claquant des portes ? C'était lui cette drôle de sensation que je ressentais des fois dans les couloirs ? C'était lui qui m'avait fait tomber une fois ? Tu te poses trop de questions, je pensais dans ma tête.

Le fantôme il prit mon dessin et le leva juste devant nous pour qu'on puisse le regarder tous les deux. Il me tenait toujours dans ses bras, j'étais bien comme ça... Ça me dérangeait plus maintenant. Oh, mais ça m'avait pas trop dérangé quelques minutes plus tôt non plus ! C'était juste que ça m'avait un peu surpris et puis... et puis les câlins j'avais pas trop trop l'habitude d'en avoir depuis que grand-frère était parti... C'était presque toujours moi qui cherchait une personne pour la câliner. Je trouvais ça bien, les câlins, moi ça me rassurait toujours et je me sentais bien après.

Un petit moment passa et puis Gabriel il me relâcha. Le rythme de mon cœur c'était calmé, je savais qu'il était pas parti, lui, alors ça me rassurait déjà un peu plus et ce qu'il m'avait dit aussi... Je repartis m'asseoir et je pus ranger mon dessin dans mon cahier, bien classé et tout bien rangé. Je me sentis encore rougir quand le fantôme me dit que lui il m'aurait bien donné le premier prix, ça me faisait plaisir parce que ça voulait dire que mon dessin il lui plaisait, au moins à lui ! Alors, peut-être qu'il avait souri en le regardant tout à l'heure ?

J'esquissai à mon tour un grand sourire et je ris doucement quand il me toucha le ventre. Ça faisait drôlement longtemps que j'avais pas parlé... Je me lançai alors pour une nouvelle question :

« Dis Gabriel... je commençai, est-ce que quand on est un fantôme on... on a des sentiments ? Tu sais, moi c'est parce que j'ai perdu grand-frère que je suis ici alors... alors si je le retrouve... tu crois que... Tu crois qu'il m'aimera toujours ? je lui demandai très curieux et intéressé de connaître sa réponse, je veux lui dire pardon... »

Je soupirai timidement et je remis mon cahier de dessins sur mes jambes, l'ouvrant à la page du portrait de Gabriel. Je pris ma gomme pour effacer sa bouche et mon crayon. Je me penchai un peu pour redessiner sa bouche, souriante.

« Regarde, je repris en tournant la feuille vers lui, moi je te vois et t'es comme ça ! T'es comme ça parce que moi aussi je souris, même si on est un peu triste tous les deux, là... »

Je levai ma main, l'approchant progressivement vers lui et, quand je sentis le contact, je déposai ma main au niveau de son cœur. Je savais que les fantômes ils marchaient plus, leur cœur, mais moi je pensais que c'était pas la peine d'avoir un cœur pour sourire ou même se sentir triste. C'était tout ça dans notre tête et puis, Gabriel il avait un peu de chance de plus avoir de cœur parce que comme ça, il pouvait pas avoir mal dedans.

Je me reculai ensuite, rougissant un peu et je me relevai de nouveau, me mettant debout devant Gabriel et je lui tendis mes mains en souriant.

« Tu veux bien qu'on regarde ce qu'y a ici ? Moi tout seul ça me fait un peu peur, mais avec toi... Ça va aller ! »

Curieux ? Un petit peu... mais je savais que j'étais aussi un trouillard comme grand-frère il disait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.road2us.com
avatar

Jones C. Gabriel
Jeongsin Rebelle


Informations
Messages : 142
Points : 2307
Age : 21 ; mort depuis un mois.

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Mar 17 Juil - 16:48

    Fixant le jeune homme qui était rouge, le fantôme ne pouvait s’empêcher de le trouver à croquer. Cela ne serait pas une bonne idée qu’il s’habitude trop à lui, il finirait surement par avoir envie de le voir rouge plus souvent. Attrapant doucement les rouleaux qu’il avait laissé entrainer Gabriel les remis un peu comme il les avait trouvés. Enroulant un rouleau sur lui-même, il se stoppa brusquement aux paroles de Jin Pyo. Levant les yeux vers le blondinet, il était réellement adorable, il n’y avait pas d’autres mots, il avait l’impression qu’à chaque fois qu’il ouvrait la bouche il allait avoir envie de le câliner. C’était donc cela dont il voulait parler tout à l’heure sans oser énoncer le fait qu’il avait perdu un frère. Il était bien trop doux et pur pour Gabriel, il semblait tellement parfait à côté de lui, c’était comme-ci on avait réuni un ange et un démon dans la même pièce. Un doux regard posait sur son cadet, Gabriel se mordit légèrement la lèvre inférieure, il aurait eu envie de le serrer dans ses bras, mais il ne risquait de plus vraiment comprendre ensuite. A la place il se mit à songer à sa question, des sentiments, il en avait encore ? Il ressentait continuellement une haine et une colère évidente, mais est-ce vraiment un sentiment. Néanmoins, alors qu’il était proche de lui, il avait comme une sensation de bonheur en lui. Il avait l’impression de se sentir léger.
    Le plus étonnant fut le fait, que Jin Pyo lui dis qu’il voulait lui demander pardon. Pourquoi ? Avait-il fait quelque chose de mal ? En tout cas, cela semblait grandement le contrarier. Soufflant doucement avant de sourire à nouveau, le fantôme posa à nouveau les rouleaux en penchant sa tête en arrière.

      « Oui … Du moins, il me semble, je ressens surtout de la colère, une haine incroyable, mais au fond … J’arrive à ressentir le bonheur et la joie comme à présent, je me sens presque bien. Je suis persuadé que ton frère te pardonnerait, tu es quelqu’un de bien Jin Pyo. »


    Fixant le plus jeune prendre son cahier de dessin, Gabriel se mit à le regarder, peut-être allait-il lui montrer un dessin de son frère décédé. Cependant, le blond remit son portrait et gomma sa bouche. Curieux, le fantôme se pencha un peu pour voir ce qu’il fabriquait, remarquant alors qu’il retravaillait sa bouche, un sourire prit effectivement vie sur le visage de l’américain. Ouais… C’était bien à ça qu’il ressemblait en ce moment. La tristesse semblait même loin de lui en ce moment même, bien qu’il n’arrivait toujours pas à accepter sa mort, il était un peu plus serein, du moins en ce lieu et en présence de Jin Pyo. Sursautant en sentant la main de ce dernier se poser sur son torse, au niveau de son cœur, Gabriel fronça les sourcils un peu perplexes, que cherchait-il à faire en agissant de la sorte ? Il n’allait pas y sentir un cœur qui bat tranquillement, parfois, cela lui manque, sentir son cœur s’emballait pour quelqu’un cela lui manquait. Alors il ressentait des sentiments c’est vrai, mais est-ce vrai pour l’amour. Ce phénomène étrange qui vous fait vous sentir vivant et important aux yeux de quelqu’un. Riant légèrement en voyant Jin Pyo rougir, Gabriel n’arrêtait pas de se demander si le jeune homme était si tactile que cela. Après tout, il est vrai que les coréens n’avaient pas spécialement les mêmes habitudes que les occidentaux. Il n’était pas encore totalement adapté à cela d’ailleurs, il avait l’impression que les asiatiques ont peur de leur ombre. Regardant le sagikkun se lever, le jeune fantôme le regarda avant de pencher la tête sur le côté quand il lui tendit les mains, oh ! Une proposition en mariage ? Oh ! Pas sûr qu’il accepte … Ils ne se connaissent pas assez encore… Riant à son idiotie, le plus discrètement possible tout de même, il attrapa doucement les mains de Jin Pyo dans les siennes avant de se lever.

      « D’accord, je t’accompagne, tu sais comment on se nomme cet endroit au juste ? Tu connais son histoire ? »


    Tous les fantômes connaissent ce lieu, certains y rodent dans l’espoir d’y trouver un humain pour s’y lier, d’autre le fuit justement, de peur de se retrouver piégé à jamais. Gabriel lui était du genre à vouloir trouver un humain pour se lier à ce dernier et avoir comme une seconde vie qu’on lui offre. Lâchant doucement l’une des mains du plus jeune, il en garda une autre dans la sienne, après tout, il ne voulait pas perdre et faire peur à Jin Pyo en le lâchant subitement. L’attirant alors au fond de la chapelle le fantôme le lâcha doucement pour ouvrir un placard et laisser apparaitre des petits tableaux et des vieux livres. Un peu plus loin se trouvait une porte qui laissait surement place à bien des mystères, le fantôme s’avancait vers cette dernière tranquillement poussant la vieille porte dans un grincement horrible.

      « Eh bien … C’est surement plus ancien que les fantômes eux même… Viens voir, ca va surement t’intéresser. »


    Attrapant délicatement la main de Jin Pyo, il le fit rentrer dans la petite pièce, à l’intérieur on pouvait retrouver bon nombre de gravures assez ancienne faites mains avec des textes dans une langue latine apparemment. Il lui adressa un sourire qu’il savait inutile, gardant la main du blond dans la sienne, le fantôme ne semblait pas décidé à le lâcher. Pourtant un bruit étrange fit froncer les sourcils du fantôme, qui regarda en dehors de la petite pièce.

      « Un autre fantôme est arrivé… »


    Le seul soucis, il ne savait pas si le nouveau fantôme avait de bonnes intentions ou non.

_________________
Gabriel C. Jones
I fall asleep by the telephone. It's two o'clock and I'm waiting up alone. And tell me where have you been, I found a note with another name. You blow a kiss but it just don't feel the same. Cuz I can feel that you're gone. And bite my tounge forever. While you try to play it cool. You can hide behind your story. But don't take me for a fool. ©️PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Moon Jin Pyo
Section Arts


Informations
Messages : 163
Points : 2304
Age : 18 ans
Autres : 1ere année en arts

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Mar 17 Juil - 22:35

Je voulus remercier Gabriel quand il me dit que j'étais une personne bien... Moi je le pensais pas trop, mais ça me faisait quand même plaisir qu'on me le dise... C'était peut-être vrai alors ? Non, j'avais fait quelque chose de mal, de très mal, que je pourrais pas me pardonner, alors j'étais pas quelqu'un de bien. C'était de ma faute si ce qu'était arrivé s'était passé ! Je m'en voulais tellement de pas avoir attraper sa main... Pourquoi je l'avais pas fait cette fois-ci ? Pourquoi ?... J'en savais rien...

Je me sentis rougir de plus belle. Le fantôme se sentait heureux ici alors qu'il éprouvait de la colère dans son esprit ? Est-ce que c'était grâce à moi ? Ça aussi je l'ignorais, mais je voulais pas lui demander, je voulais pas me sentir mal à l'aise et un peu bête...

En dessinant son sourire sur mon portrait, ça m'avait fait sourire moi aussi. Je m'étais senti un peu plus calme, je pensais plus trop à grand-frère, même s'il était toujours là, quelque part vivant en moi. On avait le même sang et ça me réconfortait parfois de me dire qu'il m'avait laissé un peu de lui, même inconsciemment. J'aimais me dire qu'il vivait toujours là, tout près de moi ; ça me faisait du bien. Et dessiner un joli sourire sur les lèvres de Gabriel, ça n'avait pas de prix à mes yeux. Ça réchauffait un peu mon petit cœur tout mou de chamallow...

Nous nous levâmes finalement et le fantôme avait dit oui pour qu'on regarde un peu tout ce qui nous entourait ici. Il avait attrapé mes mains, j'avais rougi encore plus fort, mais ça c'était pas grave maintenant parce que je pensais dans ma tête qu'à chaque fois qu'il me toucherait, je serais deux fois plus rouge et j'aurais encore plus chaud ! Nous avançâmes dans la salle, j'étais pas très très rassuré, heureusement que Gabriel il était avec moi sinon je serais vite repartis en courant d'ici !

« Non, je répondis, je connais pas... C'est... c'est la première fois que je viens ici et tu sais Gabriel, je savais même pas qu'y avait quelque chose comme ça au fond du parc ! »

C'était vrai ça, quelle drôle d'idée d'avoir mis un tel endroit au fond du parc ? Et puis, moi j'avais aucune idée de ce que c'était ici, comme je l'avais dit à Gabriel, j'étais encore jamais venu ! D'ailleurs, je me demandais toujours si j'avais le droit de me trouver dans cette salle... Si c'était aussi bien caché, c'était sûrement parce qu'y avait une bonne raison, non ? Oh et puis, moi j'étais curieux, c'était tout ! Alors caché ou pas, moi j'étais rentré dedans !

Je me laissai entraîner par Gabriel, lui on aurait pas dit que c'était la première fois qu'il venait ici, il avait l'air de bien connaître ; alors, quand il me lâcha l'une de mes deux mains, je me sentis quand même en sécurité, je songeais que rien ne m'arriverait de mauvais ici, parce que Gabriel il était là et il avait promis. Il avait promis que lui il me ferait plus de mal et ça ça m'aidait beaucoup à pas être tout stressé de m'aventurer dans un endroit que je connaissais pas.

Quand nous arrivâmes devant un placard, le fantôme il dut se servir de ses mains pour l'ouvrir. Je dis rien, je le regarder faire et je découvris des petits tableaux très jolis ! Je me baissai un peu pour en attraper un, olala, il avait beaucoup de poussière dessus lui ! Je soufflai dessus, éternuant par la suite à cause des bactéries qui volaient dans tous les sens. Tant pis si j'étais malade demain, le tableau me plaisait, j'aimais bien les couleurs même si elles semblaient un peu fanées par le temps. Je passai mon doigt sur les traits, sentant la texture et le grain. C'était assez bizarre en fait, mais j'avais pas peur.

Je me relevai et remis le tableau là où je l'avais trouvé et, silencieusement, Gabriel reprit ma main pour m'emmener dans une autre salle. La porte qui nous y conduisait grinça et je déglutis un peu, serrant davantage la main de Gabriel dans la mienne. A peine fûmes-nous entrés dans cette nouvelle salle, que le fantôme me dit que quelqu'un d'autre était là aussi... Un autre fantôme.

Sans réfléchir, je m'agrippai au bras de Gabriel, apeuré. Je voyais pas les fantômes... et ils m'avaient toujours fait peur, même quand j'étais petit et que je savais pas qu'ils existaient vraiment. Enfin... Si... Mais... Pour moi ils avaient toujours un peu existé les fantômes, j'en avais toujours eu peur, mais c'était pas les mêmes que dans les histoires que ma maman elle me racontait. Ceux-là de Yulyeong, ils étaient pas tous gentils... Et même si Gabriel c'était un fantôme lui aussi, que j'avais eu peur de lui, qu'il avait été méchant avec moi et puis gentil, je l'aimais bien et je me sentais rassuré tout près de lui.

« Gabriel... je murmurai en regardant un peu paniqué tout autour de moi, j'ai... j'ai peur... »

Je sentis de nouveau mes joues s'empourprer, mais je lâchai pas son bras pour autant. Au contraire même, j'avais l'impression de le serrer tellement fort... J'espérais que je lui faisais pas mal... Qu'il se moquait pas de moi non plus...

Tout à coup, j'entendis quelque chose juste à côté de moi et ma frange elle bougea tout doucement sur mon front. J'osai plus du tout bouger, complètement paralysé par la peur. Je sentais même des larmes naître au bord de mes yeux ; je voulais pas qu'un autre fantôme soit là et vienne m'embêter ! J'avais envie de rester qu'avec Gabriel !

Quelque chose vint frôler mon bras, comme si on avait voulut me l'attraper. Dans ma tête y avait plus rien, je voyais pas les fantômes, j'avais juste vraiment très peur... Gabriel, est-ce que c'était bien lui à qui je me tenais avec tant de conviction ? Un nouveau mouvement... Je craquai et partis en courant me réfugier derrière je savais pas trop quoi d'ailleurs. Un meuble bizarre...

Je me recroquevillai doucement dans un petit coin, me faisant le plus petit possible pour que personne ne vienne m'atteindre. Je frottai mes yeux pour pas qu'ils laissent des larmes couler, mais c'était plus fort que moi et je me mis à sangloter timidement. Je voulais pas me faire repérer ! Je devais arrêter ! Sauf que je pouvais pas...

Quelques secondes, quelques minutes ?, passèrent avant que je ne ressente une nouvelle sensation. Je bloquai ma respiration, deux fois plus effrayé, mais je craquai encore une fois.

« Me fais pas mal... je balbutiai entre deux sanglots, s'il... te plaît ! je suppliai comme je pouvais cette personne invisible qui était là, quelque part, toute proche de moi, Gab... Gabriel ?... », reniflai-je toujours terrifié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.road2us.com
avatar

Jones C. Gabriel
Jeongsin Rebelle


Informations
Messages : 142
Points : 2307
Age : 21 ; mort depuis un mois.

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Mer 18 Juil - 16:52

    Cette petite découverte allait surement leur permettre de trouver des choses intéressantes. Bien qu’ayant eu des informations sur les « couples » entre fantômes et humains il était encore assez curieux sur ce sujet. Il faut dire que tout cela semblait encore confus dans son esprit voire très flou. Il n’arrivait pas à comprendre comme une âme et un vivant pouvait s’unir de la sorte pour ne faire plus qu’un. C’était complexe, est-ce que le fantôme restait en état d’âme, est-ce que l’humain pouvait faire sa vie à côté. L’américain rêverait de pouvoir trouver un humain, même si l’entente n’est pas parfaite pour sortir de cette école et revoir un peu sa famille. L’humain pourrait alors faire la transition entre le fantôme et sa famille, cela serait parfait, il pourrait aussi aller voir celui qu’il considère comme la cause de sa mort. Il ne sait encore de quoi il serait capable, mais cela risquerait de finir en bain de sang.
    Reposant finalement son regard sur le blond, le jeune homme lui adressa un doux sourire, il ne savait donc pas ce qu’il faisait ici, mieux vaut peut-être ne pas lui dire de suite, s’il venait à faire l’erreur de croire un fantôme qui lui promet de l’aider à trouver son frère s’il se lie à lui… Néanmoins, cela serait peut-être l’erreur de ne pas lui dire, il pourrait se protéger des fantômes mal attentionnés justement. L’ennui en réalité c’est qu’il avait peur que Jin Pyo pense qu’il voulait se servir de lui en devenant doux et gentil avec lui. Il savait que les Sagikkuns n’avaient pas assez de « force » pour se lier à un fantôme, mais cela pourrait lui faire peur, surtout qu’il devrait peut-être partir dans de grandes explications. Serrant doucement la main du blond dans la sienne, l’américain semblait aux petits soins pour lui n’ayant envie de lui faire du mal. Pourtant, le fantôme prit la décision de parler à son nouvel ami du pourquoi du comment de la présence de ce lieu.

      « Je ne sais pas énormément de choses sur ce lieu, mais il se nomme Chapelle des Liens. C’est ici qu’un élève et un fantôme viennent pour s’unir et ne faire plus qu’un. Elle est cachée pour éviter les débordements. »


    L’exploration des lieux commençait et le fantôme regardait avec intérêt le tableau qu’avait choisi le plus jeune. Il avait du mal à cerner pourquoi cet œuvre, pour lui cela n’avait rien de particulier, peut-être n’avait pas l’œil artistique tout simplement comme le blond. Penchant un peu la tête sur le côté, l’américain grimaçait un peu avant de hausser les épaules, que ce soit de l’art ancien ou moderne, il ne comprenait toujours pas pourquoi des gens s’emballent pour des peintures. Surtout si cela ressemble à une toile blanche avec des taches de couleurs dessus. Il parait que cela « détend ». Enfin c’était une petite amie à l’époque qui lui avait servi cette réponse. N’ayant pas voulu chercher à comprendre il avait déjà haussé les épaules à l’époque pour continuer son chemin, fantôme ou non, il était toujours le même au fond.

    Continuant leur visite, ils arrivèrent dans une petite pièce et au moment au Gabriel allait fouiller, il avait senti la présence d’un autre fantôme et alerta de suite son camarade qui eut une réaction un peu excessive à son goût, mais tellement adorable. Laissant le plus jeune se cachait un fantôme relativement jeune, du moins, en apparence physique fit face à l’autre fantôme. Le petit garçon se mit à fixer l’humain avec un certain regard remplit d’envie, il devait surement penser qu’il s’agissait d’un munyeo habillé en sagikkun pour tromper son monde. Il faut dire qu’à voir ainsi, on aurait pu penser que Jin Pyo voyait bel et bien Gabriel pour s’agripper de la sorte à lui. Et la peur du jeune homme semblait se renforcer, sentant la peur dans le voix du blond, Gabriel fronça les sourcils avant de lancer un regard noir à l’enfant fantôme qui lui affichait un sourire en coin qui semblait prédire qu’il était ravi de lui faire peur. Le petit fantôme toucha la frange de Jin Pyo et rapidement Gabriel donna un coup sec dans cette dernière pour le repousser, pas question qu’il touche à son ami. Le plus jeune des trois semblait alors trouvait le jeu plus amusant en voyant un fantôme défendre comme un bon chien de garde son humain. L’enfant ne s’arrêta pas pour autant et il se remit à frôler Jin Pyo qui s’enfuit rapidement derrière un meuble. Ne supportant pas l’idée qu’on puisse embêter de la sorte son blondinet. Gabriel attrapa le plus jeune pour les faire se téléporter dans leur « monde », dans le Segye.

    Cependant, cela ne semblait pas tracasser tant que cela l’enfant fantôme qui se téléporta de nouveau dans la pièce de la chapelle. Hurlant de rage, Gabriel troubla le repos de quelques fantômes venue se ressourcer ici ; suivant alors l’autre, il arriva au même moment que Jin Pyo prit la parole en sanglotant. Cela n’était pas supportable, il ne voulait pas qu’on fasse de mal au blond. Il était son rayon de soleil à lui, la seule personne dans cette école qui l’aide à ne pas tomber dans la folie pure et dure. Attrapant l’autre fantôme par le col, il s’aida de sa force pour l’envoyer valser à l’autre bout de la pièce contre un tas de cartons qui sous le poids du plus jeune s’affaissèrent.

      « Ne t’approches pas de lui ! »


    Venant alors s’accroupir auprès du blond, il le prit dans ses bras pour le réconforter, lui murmurant qu’il n’avait rien à craindre qu’il était là pour lui. L’enfant fantôme se mit à rire, avant de se relever, la douleur présente, mais sans aucun signe sur lui de blessures. Il revint, s’approchant d’eux alors que Gabriel semblait prêt à protéger Jin Pyo s’il venait à frapper, pourtant il était là devant eux avec les fixer avec un certain dégout.

      « S’enticher d’un sagikkun … Tu me dégoutes. Ils sont bons qu’à effrayer, je me suis laissé avoir j’ai cru qu’il était un munyeo en le voyant avec toi. Dommage, j’aurais bien voulu m’unir à lui… »


    Un dernier rire et le plus jeune, d’apparence, fantôme disparut, laissant alors les deux autres ensembles. Soupirant de soulagement, voyant qu’il avait laissé tomber, Gabriel resserra son étreinte autour de Jin Pyo, le berçant un peu pour le rassurer. Caressant doucement les joues du blond, il prit soin d’essuyer ses larmes tout en venant déposer un doux baiser sur son nez.

      « Ne tant fais pas, je laisserais personne te faire du mal. Je vais veiller sur toi… Jusqu’à… Jusqu’à ce que ton frère reprenne ce rôle auprès de toi. »


    Jouant un peu avec les cheveux blonds de Jin Pyo, il affichait un léger sourire avant de lentement regarder là, où l’autre fantôme se tenait peu avant. Il avait quand même raison, s’enticher d’un Sagikkun n’était pas une bonne idée. Mais c’est une sorte d’amour, cela ne se contrôle donc pas…

_________________
Gabriel C. Jones
I fall asleep by the telephone. It's two o'clock and I'm waiting up alone. And tell me where have you been, I found a note with another name. You blow a kiss but it just don't feel the same. Cuz I can feel that you're gone. And bite my tounge forever. While you try to play it cool. You can hide behind your story. But don't take me for a fool. ©️PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Moon Jin Pyo
Section Arts


Informations
Messages : 163
Points : 2304
Age : 18 ans
Autres : 1ere année en arts

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Mer 18 Juil - 22:58

Je me serrai un peu plus dans le petit espace que j'avais trouvé, je voulais pas qu'on vienne m'attraper et m'embêter, mais j'avais vraiment envie de m'en aller de là ! J'entendais du bruit, je comprenais pas du tout ce qui se passait entre Gabriel et l'autre fantôme qui était apparu tout d'un coup et moi ça me faisait encore un peu plus peur. J'avais l'impression de... de devenir complètement fou ! C'était un peu comme si j'étais un aveugle, comme si mes yeux ils fonctionnaient plus du tout et à cette pensée ça m'effrayait.

Je frottai mes paupières doucement pour faire partir les grosses larmes qui cascadaient sans répit sur mes joues, mais elles avaient pas encore envie de s'en aller. Mon cœur recommençait à battre très vite dans ma poitrine et ma respiration était plus difficile à prendre. Je devais vraiment me calmer sinon j'allais paniquer d'un coup et j'arriverais pas trop à me contrôler... Y avait que grand-frère qui savait me consoler quand j'étais comme ça, mais grand-frère... grand-frère il était plus là.

J'enfouis mon visage entre mes bras pour cacher mes sanglots et surtout tenter de les rendre moins bruyants, mais j'étais pas certain de l'efficacité de cette méthode... Tout à coup je sentis deux bras m'enlacer et je relevai un peu la tête, je m'étais rendu compte que c'était Gabriel qui était revenu tout près de moi et non pas l'autre fantôme. Je me sentis rougir parce que je me trouvais un peu bête de pleurer comme ça à cause d'un fantôme qui m'embêtait, mais c'était pas ma faute...

Les paroles que me murmurait Gabriel ça me faisait du bien à entendre et je me laissai doucement bercer dans ses bras réconfortants. J'étais bien comme ça et je voulais pas qu'il me lâche ! Quand l'autre fantôme il parla, ça me surprit un peu et je sursautai légèrement. Je l'écoutais en me lovant un peu plus contre Gabriel. Je comprenais pas ce qu'il voulait le méchant fantôme et cette histoire de se lier je l'avais pas bien comprise non plus, même quand Gabriel m'en avait parlé tout à l'heure. La seule chose que je savais c'était que je voulais pas être avec l'autre fantôme, ça c'était sûr de sûr ! Et j'en fus d'ailleurs soulagé quand il dit que je pouvais pas être lié à lui.

On m'en avait déjà parlé de cette histoire, mais je m'en souvenais pas très très bien. De toute façon, je me souvenais un peu que ça concernait pas les sagikkuns, alors ça devait pas être trop trop grave si j'avais oublié comment ça fonctionnait tout ça...

Je piquai un nouveau fard monumental quand je sentis la main de Gabriel sur mon visage. Il essuyait mes pleurs et il me fit aussi un petit bisou sur le nez. Je ris doucement et quand il me dit qu'il prendrait soin de moi, qu'il veillerait sur moi jusqu'à ce que grand-frère le fasse à son tour, je tentai d'esquisser un joli sourire pour le remercier.

« Tu sais Gabriel, je lui répondis en frottant encore mes yeux, je sais pas trop trop pourquoi tu fais ça pour moi parce que... parce qu'on se connaît pas beaucoup, mais tu sais... Ca me fait beaucoup plaisir quand tu dis ça, quand tu me dis des choses gentilles, quand tu me parles... je rougis encore (je me demandais d'ailleurs jusqu'à quel point mes joues pouvaient s'empourprer de la sorte...), merci beaucoup ! »

En vérité, je savais pas trop si je méritais autant son attention et sa gentillesse parce que j'avais fait du mal à grand-frère et si quelqu'un fait du mal à quelqu'un d'autre, moi je pensais pas qu'on avait le droit d'être gentil avec la personne qui avait fait souffrir l'autre. Gabriel je l'aimais beaucoup, même si on se connaissait pas trop trop. J'étais bien avec lui et il me rassurait de mes peurs. Il me consolait aussi...

Comme je sentais toujours son étreinte autour de moi, je me calai un peu mieux pour en profiter. Il avait un peu touché à ma frange, j'aimais pas trop trop ça, mais c'était pas grave parce que moi j'avais pas envie de bouger de comme j'étais pour l'arranger. Elle me gênait pas vraiment dans l'immédiat et je préférais profiter de ce câlin qu'on me donnait.

Je fermai un peu mes yeux et je murmurai à Gabriel :

« Dis... Tu voudras bien m'en faire plus souvent des câlins ? J'aime bien être comme ça avec toi... »

J'avais pas rougi en lui demandant ça parce que ça me mettait pas du tout mal à l'aise, au contraire même. Les câlins j'étais vraiment heureux d'en recevoir !

Avec Gabriel, maintenant j'avais un peu mieux l'impression qu'il se trouvait réellement tout près de moi. J'imaginais fort dans ma tête son visage, son corps, ses bras qui me serraient tout contre lui et puis surtout j'essayais de voir son sourire. Je me disais qu'il devait sourire, parce que moi je souriais.

J'avais aussi envie de me dire que j'étais qu'un bête parce que j'avais pensé plusieurs fois que Gabriel il se moquait de moi, mais s'il était venu me prendre dans ses bras, c'était pas parce qu'il riait de moi, pas vrai ? C'était difficile de pas voir ce qu'il ressentait sur son visage... Mais moi, Gabriel, maintenant j'avais plus du tout peur de lui, je savais que même s'il m'avait jeté des choses dessus, c'était un gentil fantôme et je voulais aussi prendre un peu soin de lui, comme lui le faisait pour moi !

Je me décollai un peu de lui, mais pas trop non plus. J'attendrais que lui se relève pour le suivre tranquillement... Je voulais plus lui causer de problème ni partir en courant me cacher derrière un autre meuble tout bizarre. Je resterais bien sage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.road2us.com
avatar

Jones C. Gabriel
Jeongsin Rebelle


Informations
Messages : 142
Points : 2307
Age : 21 ; mort depuis un mois.

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Ven 20 Juil - 16:46

    Serrant doucement le jeune homme dans ses bras, Gabriel affichait un léger sourire satisfait. Il était ravi de pouvoir serrer dans ses bras, sa petite tête blonde, il était réellement craquant. Finalement il se demandait bien pourquoi il s’en était pris à lui. Il est vrai qu’il avait surtout pris la mouche quand il remarqua que le blond était un sagikkun et ne pouvait alors pas le remarquer, cela avait grandement blessé l’estime de soi qu’avait le fantôme. Il était bien ainsi avec le jeune homme dans ses bras, humant doucement son odeur, il appréciait le fait de pouvoir avoir un moment aussi privilégié avec lui. Le méchant fantôme semblait ne plus avoir la force de jouer les rebelles, lui qui cherchait constamment le contact avec les humains, ne pouvait que se sentir heureux. Il se sentait presque humain à son tour, aimant la chaleur que pouvait dégager Jin Pyo. Quelque peu perdu dans ses songes, le fantôme avait fermé à demi ses yeux, cependant les paroles du blond lui firent rouvrir les yeux. Souriant quelque peu, le fantôme se sentait heureux de pouvoir faire plaisir à son cadet. Il ne savait pas vraiment pourquoi il faisait cela pour lui, du moins, il n’en n’avait pas réellement conscience, mais il était bien plus attiré par le sagikkun qu’il voudrait bien le croire. Devenant sa drogue personnelle, il a souvent l’habitude de le suivre et « veiller » sur lui. Il ne peut se passer de lui, ayant besoin de le voir et l’approcher le plus possible.

      « Je … Je pense que c’est parce que je t’aime bien. »


    Souriant doucement, le jeune homme laissait l’élève se caller contre lui sans jamais broncher, il aurait été fou de lui refuser ce moment de tendresse. Arrêtant de jouer avec les cheveux du plus jeune, il finit par poser sa tête au-dessus de celle de Jin Pyo. Rester ainsi pour l’éternité ne le dérangerait pas, il n’avait pas besoin de manger, ni boire le seul souci serait pour l’humain qui devait encore remplir ses besoins primaires. Soupirant lentement, il finit par fermer aussi les yeux, il n’avait pas besoin de se reposer, mais il sentait si bien pour le moment, que bouger aurait été un crime à son goût. Il semblait si fragile là dans ses bras, comme ci il risquait de se casser en moins de deux. C’est surement pour cela qu’il le tenait comme-ci il était la chose la plus précieuse et fabuleuse au monde. Regardant soudainement autour d’eux, le fantôme ne put que conclure que ce lieu n’était pas des mieux entretenu. Un tas de poussière n’arrêtait pas de virevolter dans la pièce, il suffisait de regarder les hameaux de lumière pour s’en rendre compte. Le temps où ils restèrent ainsi, ne durera pas assez longtemps au goût du jeune homme, rapidement le silence fut rompu à nouveau par Jin Pyo qui lui demanda de faire quelque chose pour lui.
    Regardant un long moment son cadet dans les yeux, il se mit soudainement à sourire heureux. Il avait réussi à le rendre heureux en peu de temps. S’il s’écoutait il serait constamment à le serrer dans ses bras et le câliner. Il était tellement adorable et mignon qu’on ne peut qu’avoir envie de lui faire des câlins, il avait du mal à comprendre pourquoi des gens puissent vouloir lui faire du mal, enfin … Il lui en avait fait au final.

      « D’accord… Si tu es sage ! »


    Riant un peu, il poussa légèrement le blondinet pour l’embêter avant de recaler sa tête contre la sienne. Profitant des derniers instants de l’étreinte, le fantôme compris le message de l’humain quand il se décala de lui. Se levant alors rapidement, le fantôme se retourna pour attraper la main de Jin Pyo pour l’aider à se relever. Il n’avait pas envie de le lâcher facilement, il voulait avoir le contact de sa peau de sa chaleur contre lui. Regardant autour d’eux, le jeune homme se mordit la lèvre inférieure, avant de soupirer doucement.

      « Tu veux continuer à explorer ou tu préfères rentrer ? »


    Le pauvre sagikkun avait vécu un bon nombre d’aventure, il devait surement être fatigué et avoir vécu assez d’émotion pour aujourd’hui. Après tout, cela avait fait deux fantômes qui s’en étaient pris à lui en peu de temps. Se retournant vers le jeune homme il se mit à le fixer, il avait les yeux encore un peu rouge à cause des larmes, il était tellement adorable. Surement le côté sensible du blond qui l’avait attiré. S’approchant de l’humain, Gabriel se pencha stoppant son visage proche de celui du petit blond. Posant sa main libre sur la joue de Jin Pyo, l’autre serrant la main de ce dernier, il le gardait proche de lui. Ses lèvres glissèrent doucement sur les siennes avant qu’il ne vienne poser innocemment sur sa joue. Il pouvait toujours laisser croire au plus jeune, que cela n’était qu’une impression, qu’il avait eu l’impression de sentir ses lèvres contre les siennes sans que ce soit le cas. C’était démoniaque c’est vrai, mais il ne pouvait pas prendre le risque de le faire fuir, en agissant de la sorte, il se préserver de son erreur, de ses envies, de ses pulsions.

      « Tu es vraiment mignon… Je comprends pourquoi l’autre fantôme aurait voulu se lier à toi. On a forcément envie de t’avoir prêt de soi, pour te serrer dans ses bras. Tu n’aurais pas de la famille chez les Bisounours ? »


    A cette idée, Gabriel rit un peu, ce vieux dessin animé que personne n’avait jamais vu, mais que tout le monde connait ! Du moins … En Corée du Sud, il est connu également ? Se redressant il s’éloigna un peu du jeune homme sans pour autant lui lâcher la main, mais il voulait prendre un peu de distant, pour mieux voir les réactions de son cadet. On sait jamais s’il avait aimé la sensation de ses lèvres contre ses siennes, si cela le faisait frissonner d’envie, voire de plaisir… Oui, l’Eldorado n’existe pas, mais l’espoir fait vivre !

_________________
Gabriel C. Jones
I fall asleep by the telephone. It's two o'clock and I'm waiting up alone. And tell me where have you been, I found a note with another name. You blow a kiss but it just don't feel the same. Cuz I can feel that you're gone. And bite my tounge forever. While you try to play it cool. You can hide behind your story. But don't take me for a fool. ©️PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Moon Jin Pyo
Section Arts


Informations
Messages : 163
Points : 2304
Age : 18 ans
Autres : 1ere année en arts

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Ven 20 Juil - 22:10

Gabriel il m'aimait bien. Je me disais ça dans ma tête tout en me blottissant encore un peu plus contre lui. Ça me faisait plaisir que ce soit le cas parce que déjà moi je l'aimais bien aussi et puis ça voulait peut-être dire aussi qu'il se sentait plus en colère comme il me l'avait dit plus tôt quand je lui avais posé des questions. Moi j'avais envie que Gabriel il soit toujours heureux et qu'il sourit, pareil que comme j'avais modifié le portait que j'avais fait de lui. Parce que comme ça, en souriant, il était encore plus beau.

Quand il me taquina, je pris une moue renfrognée, mais elle ne dura pas bien longtemps. J'étais de nouveau tout contre le fantôme et plus il me tenait comme ça, plus jamais vraiment l'impression de le voir devant moi. A chaque fois que je le touchais, c'était comme si je parvenais à parfaitement me le représenter à côté de moi. Je savais pas bien si c'était possible ce genre de chose, si c'était vrai même ou si je perdais un peu la tête à cause d'avoir eu peur et d'avoir un aussi chouette câlin, mais... mais moi j'étais un peu secrètement convaincu que je finirai par vraiment voir Gabriel !

Enlacé dans ses bras, je savais pas trop quelle sensation je ressentais. C'était pas de la chaleur parce que les fantômes n'en avaient plus, c'était quelque chose de différent. J'aurais pas su dire quoi, mais en tout cas, je trouvai ça quand même agréable et quand j'étais comme ça installé, serré tout contre le torse de Gabriel, c'était un peu si personne pouvait me faire du mal. Je me sentais un peu en sécurité avec lui et j'avais raison parce qu'il avait fait partir le méchant fantôme qui était venu nous embêter. Je soupirai tout doucement en me décollant un peu à contre-cœur de mon gentil fantôme à moi...

Je compris alors quelques secondes après que Gabriel venait de se relever et ma réponse fut validée quand je le sentis attraper ma main pour m'aider à faire de même. De celle que j'avais de libre, je vins toucher ma frange pour la remettre bien comme j'aimais qu'elle soit... Je savais pas trop trop si ma coiffure elle ressemblait encore à quelque chose parce que j'avais pleuré, couru et on m'avait fait un câlin. Je devais avoir les cheveux tout en pétard ! C'était un peu embêtant de pas être bien coiffé comme ça...

Nous fîmes quelques pas et puis Gabriel me demanda si je voulais qu'on continue nos explorations ici ou bien si je voulais retourner à l'académie. Je savais pas trop... Je me sentais rassuré parce que Gabriel il était avec moi, j'avais pas envie de le quitter déjà, mais en même temps j'avais toujours un peu de peur en moi. Ce lieu je le trouvais un peu bizarre quand même.

Je n'eus toutefois pas le temps de répondre à sa question que je sentis quelque chose passer sur mes lèvres, glisser dessus pour finir sur ma joue. Je rougis d'un coup et assez violemment en pensant à ça : est-ce que c'était Gabriel qui m'avait fait un... bisou ? Un vrai bisou ? Olala, non, qu'est-ce que j'étais en train de m'imaginer moi là ?! Gabriel il m'avait juste fait un bisou sur la joue ! C'était tout ! Sur mes lèvres c'était... c'était... C'était juste le vent qui avait fait ça quand Gabriel il avait bougé son visage !

N'arrangeant pas franchement la situation, il me dit que j'étais mignon et il me dit aussi que c'était pas étonnant que le méchant fantôme de tout à l'heure aurait aimé être lié à moi. Et aussi Gabriel il me demanda si j'avais pas de ma famille qui venait de chez les Bisounours ! Tout ça faisait beaucoup pour moi et je savais plus trop quoi dire, ni même quoi penser dans ma tête... C'était à cause du bisou tout ça ! En y songeant encore, je piquai un magnifique fard et une grosse vague de chaleur s'empara de moi ; j'étais pas très très à l'aise et j'osais pas demander à Gabriel s'il m'avait fait un bisou pour de vrai ou si je l'avais... rêvé.

En vérité, je me sentais un peu bête parce que... parce que ça faisait très longtemps que j'avais pas eu de bisou sur mes lèvres... J'avais eu qu'un seul vrai copain et en plus il était parti voir quelqu'un d'autre, une fille, en me disant qu'il voulait plus de moi parce que j'étais un garçon et que lui... lui il aimait pas les pédés. C'était ça qu'il m'avait dit, et j'oublierais jamais je crois parce que ça m'avait du mal, moi je l'avais aimé ce garçon, pour de vrai de vrai !

Je baissai un peu le visage, contemplant mes chaussures et le parterre. Ma main elle était toujours dans celle de Gabriel et je voulais pas du tout qu'il me la lâche. Moi aussi je l'aimais bien, je l'aimais beaucoup parce que... parce qu'avec lui je me sentais bien pour la première fois depuis que grand-frère il était parti. Gabriel il avait dit que j'étais quelqu'un de bien et ça ça voulait dire que les autres ils pouvaient bien m'aimer, même si je pensais que c'était de ma faute ce qui s'était passé pour grand-frère. J'étais pas un méchant, j'avais juste fait une erreur... une bêtise... une trop grosse bêtise.

Je tirai un peu sur la main de Gabriel, comme pour lui de revenir tout près de moi et quand je le sentis là, je lui lâchai la main pour entourer sa taille de mes bras et me serrer encore contre lui. J'enfouis mon visage tout contre son torse et je fermai les yeux, juste comme ça, et je voulais plus réfléchir à rien, juste que je faisais un câlin à Gabriel et que j'étais heureux comme ça. Son cœur battait plus dans sa poitrine, mais le mien le faisait et vu que j'étais collé à lui, j'espérais qu'il pouvait le ressentir et que ça l'aiderait peut-être à plus être en colère dans son âme, que ça le réconforterait un peu.

« Gabriel... je lui murmurai sans relever la tête, je veux juste rester encore un peu avec toi... », je lui dis, faisant encore s'empourprer mes joues d'ordinaire si blanches.

C'était un peu la seule et unique chose que je savais à ce moment-là, juste rester encore un peu avec Gabriel à lui faire des câlins et à l'entendre me parler une nouvelle fois. Dans sa voix, je trouvais qu'y avait quelque chose de magique et j'aimais bien l'écouter, c'était vraiment agréable.

Je pensais encore à ce bisou... S'en était vraiment un ou bien je perdais complètement la tête ? Moi j'étais pas un fou, je le savais, mais je voulais pas me tromper et lui poser une question bête. J'avais pas envie que Gabriel il soit en colère contre moi si j'avais crû qu'il m'avait fait un bisou sur mes lèvres alors que c'était pas vrai, mais en même temps, la meilleure façon de savoir c'était de lui demander... Et puis je crois que... Je crois que j'avais bien aimé...

Grand-frère, tu ferais quoi toi à ma place ? je pensais dans ma tête. Est-ce tu prendrais le risque de rendre Gabriel en colère alors que je voyais qu'il était quand même plutôt content là ou alors est-ce que tu dirais rien et que t'attendrais juste ? Grand-frère... J'aurais tellement voulu lui demander des conseils... mais je pouvais pas, je devais me débrouiller un peu tout seul et c'était surtout ça qui me faisait le plus peur.

« Gabriel..., je repris en relevant le visage pour le regarder à lui, dis, tout à l'heure tu... tu... J'ai crû que... Je sais pas... », je craquai en renfonçant ma tête contre lui.

J'étais incapable de lui demander, je pouvais pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.road2us.com
avatar

Jones C. Gabriel
Jeongsin Rebelle


Informations
Messages : 142
Points : 2307
Age : 21 ; mort depuis un mois.

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Sam 21 Juil - 16:04

    Cela avait été une erreur, une grosse erreur, il n’aurait jamais dû agir de la sorte, mais ce qui était fait et fait. Il ne pouvait pas revenir en arrière. Le jeune homme s’attendait à voir Jin Pyo partir soudainement de la pièce à fuir loin de lui, ayant peur de ce qu’il venait de faire. Ce n’était pas normal après tout d’embrasser quelqu’un de la sorte, mais cela faisait depuis plusieurs temps qu’il suivait Jin Pyo silencieusement, essayant tant bien que mal de lui parler et aujourd’hui qu’il y arrive, il se sentait … Bien. Il n’avait pas réussi à se retenir, l’envie avait été plus forte et il voulait simplement être là pour lui. Mais au fond … Cela était cruel, c’était égoïste d’agir de la sorte, si jamais Jin Pyo venait à avoir des sentiments pour lui, ils ne pourraient être ensemble, il faut être réaliste. Soupirant doucement, le fantôme se sentait un peu morose, il n’avait soudainement plus envie de sourire, son visage était fermé et le regard dans le vide. Les rougeurs du blond attirèrent le regard du fantôme, qui se sentait coupable de lui faire subir autant de choses, ce n’était pas bien de penser à son bien être avant celui de l’être humain. Le voyant baisser la tête par terre, Gabriel se sentit soudainement mal, il n’aurait pas dû. Il le savait cela avait fait du mal à Jin Pyo, il se sentait mal par sa faute. Apparemment il était doué pour mal agir et jouer les idiots en agissant sans réfléchir. Il avait l’envie de fuir de partir loin de lui, de se mettre à courir pour fuir et se cacher de lui, de rester à nouveau dans l’ombre sans jamais lui adresser à nouveau la parole. Il n’avait qu’à se retenir après tout, il n’avait pas qu’à agir avec ses sentiments toujours présent.
    Voulant lâcher la main de Jin Pyo, il n’eut le temps d’agir que le petit blond était de nouveau contre lui. Ecarquillant les yeux il se dit qu’il n’avait surement pas réalisé ou sentit le moment où leurs lèvres s’étaient frôlées. Perdu entre la déception et le soulagement, le fantôme serra doucement le sagikkun dans ses bras avec douceur. Frottant doucement une de ses mains dans le dos du blond, il cherchait un moyen de se changer les idées et penser à autre choses. Cela était difficile pour lui de passer à autre chose quand vous avez sentit les lèvres de la personne qui vous attire contre les vôtres. Il avait été dur pour lui de pas s’excuser et s’en fuir loin de lui, il avait par moment encore envie de partir loin, mais des battements rapides, lui firent changer d’avis. Le cœur de Jin Pyo battait rapidement, un léger sourire revient sur le visage du fantôme qui sentait alors qu’il ne lui en voulait pas. Le serrant alors un peu plus contre lui, il continuait de lui frotter le dos, ayant envie de le câliner encore plus.
    Surpris en entendant la phrase de son cadet, le fantôme laissa un grand sourire apparaitre sur son visage alors qu’il eut envie de serrer encore plus le blond. Enfin à force, cela pourrait être embêtant et il lui couperait la respiration, alors autant se retenir. Regardant tendrement, la bouille de Jin Pyo, le fantôme n’arrivait plus à se contrôler, ayant l’envie de l’embrasser de nouveau les jours plusieurs fois de suite, l’attaquer de bisous, un rêve non réalisé encore.

      « D’accord… Restons à deux alors. »


    Les douces paroles de Jin Pyo, un peu enfantines au goût du fantôme, prenait un tout autre sens lorsqu’il s’agissait de Gabriel qui parlait. Si Jin Pyo voulait parler du moment actuel, le fantôme voyait cela comme plus lointain et plus souvent. Adorable jeune homme qui semblait se faire tourner autour par un briseur de cœurs. De son vivant, on peut dire que Gabriel avait bien vécut, surtout en amour et plus et affinité. Il n’était pas du genre non plus expert en la matière, mais il avait toujours eu des avis positifs. C’est vrai … Quand bien même, il était un peu frivole, il n’avait jamais réussi à s’attirer les foudres de ses partenaires qui gardaient toujours de bons souvenirs de lui. Enfin bref, la n’était pas la question. Un peu perdu dans ses propres réflexions, le fantôme reposa son regard sur Jin Pyo alors qu’il prononça son prénom, regardant alors dans les yeux sa belle tête blonde, il fut un peu surpris par le ton de sa voix. Comme s’il voulait lui annoncer quelque chose de terrible, fronçant les sourcils en penchant la tête sur le côté, il resta sans voix alors qu’il comprit le sens de la question de Jin Pyo. Mince ! Ca il ne l’avait pas prévu, il n’aurait jamais cru que le sagikkun aurait été capable d’oser en parler de vive voix. Le voyant replonger sa tête il se sentit un peu mal à l’aise, il avait fait quelque chose de mal. Se mordant l’intérieur de la joue, il fut contraint par remarquer que bien que la douleur était là, l’atroce petit goût de sang n’était pas présent lui.
    Il avait l’impression de se trouver dans la situation d’une mère devant son enfant à lui expliquer comment on fait les bébés. Restant un moment sans répondre, le fantôme misait sur le fait qu’il penserait qu’il n’avait pas saisit sa question de suite pour rester aussi silencieux. En réalité, il savait de quoi il parlait, mais … Comme aborder le sujet, mentir ? Cela lui semblait une bonne solution, mais est-ce que cela arrangerait réellement le blondinet.

      « Eh bien… Pour tout t’avouer, j’ai … Comment dire, j’ai vou… J’ai un peu raté ma cible, je regardais derrière toi et je n’ai pas fait attention… Enfin je nous ai évités de peu une situation qu’aucun de nous deux auraient acceptés. »


    Nut-Nut-Nut ! Game Over ! Gabriel avait finalement opté pour le mensonge, ce n’était pas une bonne chose, s’il commençait déjà à lui mentir, cela n’allait faire faire de bon. Reculant doucement, pour lâcher le blond, Gabriel restait cependant à côté de lui, il ne le tenait plus se sentant mal, mais il ne pouvait partir loin de lui. Il avait besoin de sa chaleur, de lui… Passant sa main dans ses cheveux, il se sentait désormais lui aussi mal à l’aise, allait, il fallait trouver un sujet de conversation pour passer à autre chose. Déglutissant difficilement il finit par attraper à nouveau la main de Jin Pyo pour le faire sortir de la petite salle, ce n’était pas la peine de rester ici dans un coin sombre et poussiéreux, surtout que la première et grande salle semblait bien plus accueillante soudainement.

      « Tu veux que je te raccompagne ? On peut rester ensemble encore un peu comme ça… »


    Il n’avait pas envie de le laisser filer de suite, du moins, pas comme ça, il fallait qu’il arrive à réparer son erreur, mais cela semblait être difficile à faire aussi facilement qu’il le pensait. Finalement qu’on soit mort ou en vie, les relations affectives sont toujours difficiles à gérer.

      « Tu sais … Je suis désolé, je t’ai menti tout à l’heure, je … Je préfère que tu m’en veuilles plutôt que de te mentir, mais oui … J’ai bien fait exprès que nos lèvres se touchent, j’ai eu envie de t’embrasser, parce que … Parce que plus je passe du temps avec toi, plus j’ai envie d’être proche de toi. »


    Il n’en pouvait plus, l’idée de lui mentir, ne lui plaisait pas il préférait lui dire ce qu’il ressentait réellement, plutôt que jouer les personnes n’ayant pas de sentiments ou qui jouait avec l’autre. Après tout Jin Pyo ne pouvait pas le voir, donc il aurait très bien pu penser qu’il ne moquait de lui depuis le début, mais c’est faux. Lâchant doucement la main du blond, il n’était pas sûr qu’il ait envie d’avoir un fantôme « pervers » sur le dos.

_________________
Gabriel C. Jones
I fall asleep by the telephone. It's two o'clock and I'm waiting up alone. And tell me where have you been, I found a note with another name. You blow a kiss but it just don't feel the same. Cuz I can feel that you're gone. And bite my tounge forever. While you try to play it cool. You can hide behind your story. But don't take me for a fool. ©️PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Moon Jin Pyo
Section Arts


Informations
Messages : 163
Points : 2304
Age : 18 ans
Autres : 1ere année en arts

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Dim 22 Juil - 20:17

Je restais silencieux tout contre Gabriel qui me frottait doucement le dos. Je savais plus du tout quoi penser et encore moins faire. Je me sentais bête de demeurer comme ça, mais je pouvais pas faire autrement... C'était un peu embêtant cette situation là. Je fermai un peu les yeux, préférant oublier quelques secondes tout ça et juste profiter du câlin que j'étais allé prendre à Gabriel.

Ce fut uniquement quand il me répondit que je les rouvris, hochant le visage pour lui montrer que je comprenais ce qu'il me disait. Enfin, comprendre, était un bien grand mot. Je saisissais pas bien le sens de sa dernière phrase, que voulait-il dire par quelque chose que l'on regretterait tous les deux ? J'ignorais la réponse, mais en tout cas ce que j'avais bien compris c'était que je m'étais trompé, que Gabriel il m'avait pas fait un bisou parce qu'il en avait eu envie, mais plutôt parce qu'il avait raté sa cible comme il venait de me le dire. Je crois que ça me rendait triste d'avoir entendu tout ça, mais en même temps, pourquoi est-ce qu'il m'aurait donné un bisou sur mes lèvres ?

Nous nous séparâmes ensuite et un petit silence s'installa entre nous deux. Je triturai un peu nerveusement le bas de mon t-shirt et j'avais un peu l'impression qu'on était bien embêté tous les deux de ce qui venait de se passer. J'avais pas envie que Gabriel il s'éloigne de moi à cause que j'avais pensé un peu n'importe quoi, je voulais rester avec lui, qu'on soit encore un peu tous les deux...

Je sentis qu'il repris ma main dans la sienne et ce nouveau contact me fit du bien. Je me laissai faire et nous repartîmes dans la grande salle de tout à l'heure où j'avais laissé mon cahier de dessins sur le banc où nous nous étions assis. J'espérais que quelqu'un n'était pas rentré pour me le voler, ou que le méchant fantôme d'avant se soit amusé à me le cacher et heureusement, je l'aperçus, ce qui me soulagea un peu.

« Oui, je murmurai, d'accord... »

Il fallait bien que je rendre un moment ou un autre alors j'avais dit d'accord à Gabriel, même si j'en avais pas vraiment vraiment envie. Il devait commencé à se faire tard et peut-être que j'allais me faire gronder si je rentrais trop tard dans cet endroit. Et moi, j'aimais pas me faire gronder.

Je touchai un peu ma frange et quand j'entendis que Gabriel me disait avoir eu envie de m'embrasser. Je le relevai le visage, le penchant un peu sur le côté, le regardant en rougissant, puis je fixai de nouveau le sol, ne sachant pas tellement comment réagir face à ça. Alors... alors j'avais eu raison, j'avais pas rêvé le bisou sur mes lèvres. Gabriel m'avait menti tout à l'heure, mais je pensais que c'était pas grave parce qu'il m'avait dit la vérité ensuite.

Il lâcha ma main et je partis en trottinant, la tête toujours baissée, jusqu'à mon cahier de dessins pour le reprendre. Je voulais lui faire un autre dessin à Gabriel, mais pas son portrait cette fois-ci. Je voulais lui montrer ce que j'arrivais pas à dire et je pensais que j'arriverais mieux à m'exprimer en dessinant.

Je revins vers où Gabriel était censé se trouver toujours, je tendis ma main vers lui et je le touchai. Ça me fit sourire et en coinçant mon cahier sous mon bras, je pris les deux mains de Gabriel dans les miennes pour le tirer un peu pour qu'il s'assoit par terre. Je me posai sur ses jambes et je pris une nouvelle feuille en sortant un crayon de ma poche. J'arrangeai une mèche de mes cheveux qui me gênait et je commençai à tracer des traits sur la page vierge. Sans trop m'en rendre compte, je parlai en même temps :

« Le cœur, ça c'est Pyo et là, le rond, c'est Gabriel. Au milieu, c'est un trait, un trait pour un mur et le mur c'est parce que Pyo il peut pas voir Gabriel. Il est pas aveugle Pyo, c'est juste que... Pyo il peut juste ressentir Gabriel quand il est près de lui. Mais ensuite, je continuai en faisant d'autres traits, le cœur il a rencontré le rond et puis c'est comme si le mur entre les deux il est tombé, parce que le cœur, le cœur il voit le rond. Pyo il voit un peu mieux Gabriel quand Gabriel il est là, quand Gabriel il lui fait des câlins... »

Je soupirai doucement en sentant un petit sourire naitre sur mes lèvres. Je bougeai un peu aussi pour mieux me caler contre Gabriel et je repris mon dessin.

« Le mur il est un peu tombé parce que le rond il a voulu parler avec le cœur. »

Je pris ma gomme pour effacer un bout du mur et je traçai un trait qui reliait le cœur avec le rond. J'avais pris un cœur pour moi parce que je sentais le mien battre dans ma poitrine et j'avais fait un rond pour Gabriel parce que lui il en avait pas de cœur.

« Pyo il est d'accord pour donner un peu de son cœur à Gabriel. Comme ça, regarde. »

J'effaçai la moitié du cœur en faisant un demi-cercle à la place de l'autre moitié et je gommai la moitié du rond, qui représentait Gabriel, pour le remplacer par le bout du cœur qui représentait Pyo... qui me représentait moi. Je me sentis rougir et je refermai le cahier d'un coup. Je savais pas trop ce que Gabriel il allait en penser de mon dessin, je savais pas non plus à quoi ça allait me mener d'avoir fait tout ça et expliqué tout ça à Gabriel, mais en tout cas, assis comme ça, je me fichais de tout le reste.

Timidement, je laissai ma tête partir en arrière pour se poser sur l'épaule de Gabriel. Je levai une de mes mains pour la poser sur sa joue et quand je ressentis le contact, je m'étirai un peu pour venir faire un bisou sur la joue de Gabriel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.road2us.com
avatar

Jones C. Gabriel
Jeongsin Rebelle


Informations
Messages : 142
Points : 2307
Age : 21 ; mort depuis un mois.

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Mar 24 Juil - 16:56

    Il risquait surement de partir et filer loin de lui, après tout, il ne méritait pas mieux. A croire que sa vie de fantôme ne serait que tristesse et désolation. Sentant son cœur se serrer, il se mordit vivement la lèvre inférieure, regardant Jin Pyo s’éloigner de lui. Cela lui faisait comme mal dans la poitrine et l’idée qu’il ne revienne jamais vers lui était insupportable. Le regardant prendre son cahier à dessin, le fantôme détourna le regard certain qu’il allait sortir d’ici sans lui. Il ne voulait le voir partir loin de lui, cela lui ferait bien trop mal. Il avait envie de le retenir, de le supplier, de lui demander pardon et l’implorer. Il ne voulait pas se retrouver seul sans personne, car mine de rien être un fantôme signifiait être seul et loin de tout le monde. Cela n’était franchement pas agréable. Fermant les yeux quelques instants, Gabriel se mit soudainement à sursauter alors qu’il sentit la présence de quelqu’un prêt de lui. Rouvrant les yeux, il tomba alors nez à nez avec Jin Pyo. Qu’est-ce qu’il fabriquait ? Il n’avait pas envie de fuir loin de lui, pour se mettre à l’abri ? Il n’avait pas l’impression d’être en présence d’un fou furieux ? Totalement perdu le fantôme se laissait faire sans broncher, prenant alors place par terre, alors que Jin Pyo lui demandait de faire, le fantôme le regardait, l’air surpris. Qu’est-ce qu’il comptait faire ? Le frapper alors qu’il est assis ? Cela serait un peu étrange, mais après tout. Sursautant légèrement en sentant le blond s’asseoir sur ses jambes, Gabriel sentit comme un poids se soulever de sa poitrine. Il ne semblait pas lui en vouloir tant que cela. Au contraire même, pas qu’il avait apprécié, il ne pensait pas cela, mais la douceur du blond était toujours présente, pour le plus grand plaisir du défunt. Le contact de son petit blondinet était vraiment agréable et il se voyait mal renoncer à cela. Serrant doucement Jin Pyo dans ses bras sans pour autant le gêner, il se mit à écouter et regarder l’histoire qu’il s’apprêtait à lui conter. Affichant un léger sourire, il semblait bien attentif à ce qu’il pouvait lui dire.

    Restant silencieux jusqu’au bout, le fantôme ferma les yeux à la fin, soupirant doucement alors qu’il sentait que malgré ses efforts, il ne pourrait se passer de lui. Mais d’un autre côté, il ne pouvait le retenir. Ils pouvaient communiquer, mais jamais au grand jamais imaginer avoir une relation ensemble. Gabriel ne pourrait que rester à côté de lui pour veiller à ce que personne ne lui fasse de mal. Frissonnant au contact de la main du sagikkun contre sa joue, le fantôme rouvrit les yeux et affichait un peu sourire alors qu’il sentait le blond l’embrasser sur cette même joue. Il aurait eu envie de l’embrasser, de le serrer plus fort dans ses bras et le supplier de trouver une solution pour qu’ils puissent être réellement ensemble un jour.

      « On peut dire que le cœur est vraiment un jeune homme adorable et gentil. Je comprends mieux pourquoi le rond veut s’approcher de lui. »


    Caressant doucement la joue du blond, il finit par prendre doucement le cahier de dessin de Jin Pyo pour rouvrit sur le dernier dessin. Prenant le crayon par la suite, il entoura plusieurs fois le mur restant entre eux deux. Soupirant doucement, le fantôme posa doucement son menton sur l’épaule de Jin Pyo avant de déposer un léger baiser sur la joue du blond.

      « L’ennui c’est que malgré les efforts du cœur et du rond, ils ne pourront jamais être réunis… Il vaut mieux pas que le cœur donne un morceau de soi au rond, cela pourrait le faire trop souffrir et le rond ne le supporterait pas. »


    Si cela pouvait aider les choses, Gabriel avait lui aussi voulu y mettre du sien dans le dessin. Se mettant à côté du cœur représentant Jin Pyo, Gabriel en fit un autre, moins beau que celui le représentant, vu qu’au fond personne ne pourrait être plus beau que lui.

      « Il faut que le cœur trouve un autre cœur pour être ensemble et qu’il oublie le rond par la suite. »


    Barrant le rond avec force, Gabriel poussa le cahier ainsi que Jin Pyo pour se lever et aller plus loin en poussant les bancs sur son passage. Etant de nouveau en colère le fantôme finit par se laisser tomber à genoux à l’autre bout de la pièce dans un coin, le front collé contre le mur, il ne semblait pas avoir le courage de regarder Jin Pyo à nouveau. Il ne pouvait pas rester avec lui, être aussi proche, cela faisait mal. Il n’arrivait même pas à pleurer, aucune larme ne pouvait couler sur son visage, rien, il était totalement mort incapable de montrer ses sentiments aux autres. Hurlant de rage, tout en frappant de son poing dans le mur devant lui, le bruit résonna dans la chapelle, alors que Gabriel posait ses mains à plat sur le mur. Ressentant une grande détresse dans son cœur, le fantôme se rappela d’avoir promis à Jin Pyo de l’aider à retrouver son frère, de rester avec lui le temps de le retrouver. Se retournant pour apercevoir son petit blond, le fantôme se mit dos au mur alors qu’il collait sa tête contre le mur derrière lui, totalement incapable de bouger pour le moment.

      « Tu vois … Je suis mauvais pour toi… Je ne peux que t’apporter du malheur. Il ne faut pas que tu t’attaches à moi… »


    La voix quelque peu « mourante » le fantôme refermait les yeux, attendant sagement que Jin Pyo décide de fuir loin de lui. Il fallait qu’il parte lui, il ne serait pas capable de quitter cette pièce de lui-même, de le laisser seul ici. Posant sa main sur sa joue, où Jin Pyo y avait déposé ses lèvres Gabriel semblait mourir à nouveau en repensant à la sensation de bonheur qu’il avait pu ressentir et surtout à cette chaleur qui recherchait encore et toujours.

_________________
Gabriel C. Jones
I fall asleep by the telephone. It's two o'clock and I'm waiting up alone. And tell me where have you been, I found a note with another name. You blow a kiss but it just don't feel the same. Cuz I can feel that you're gone. And bite my tounge forever. While you try to play it cool. You can hide behind your story. But don't take me for a fool. ©️PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Moon Jin Pyo
Section Arts


Informations
Messages : 163
Points : 2304
Age : 18 ans
Autres : 1ere année en arts

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Mer 25 Juil - 22:09

Assis par terre, mon cahier ouvert devant moi, je laissai mon doigt toucher le rond que Gabriel il venait de barrer très fort. J'étais sûr que ça avait même marqué sur le derrière de la feuille et sur la feuille d'après ; mais c'était pas le plus important ça... Le plus important c'était que Gabriel il m'avait poussé et que mon dessin lui avait pas plu, ça j'avais compris. Je regardai le deuxième cœur, celui tracé juste à côté de celui qui me représentait moi, mais... j'avais pas envie de le voir ! Je pris ma gomme et l'effaçai avec force en entendant des bancs bouger dans un gros bruit. Je sursautai un peu ; c'était... Gabriel ?

Je le sus bien vite en l'entendant crier très fort. Je sentis mon cœur se serrer dans ma poitrine et je m'en voulus beaucoup parce que je savais que c'était à cause de moi s'il avait hurlé. Je savais que c'était de ma faute, mais moi tout ce que j'avais voulu c'était le rendre heureux, le faire sourire et lui faire oublier sa colère dans son âme ! Mais j'avais raté, Gabriel il était toujours en colère, et peut-être même encore plus qu'avant...

Je frottai mes yeux, j'étais vraiment pas très bien, pas à l'aise du tout et je savais plus maintenant où il était allé Gabriel. J'avais plus son contact et je l'avais perdu, lui. Mais est-ce que c'était la meilleure idée de le toucher encore et de lui demander un câlin ? Je pensais pas trop... De nouvelles larmes commençaient à monter à mes yeux, ça m'énervait moi aussi tout ça ! Gabriel s'il avait le droit d'être en colère, alors moi aussi j'avais le droit de l'être ! Ça me rendait atrocement triste toute cette histoire et je savais plus trop où j'en étais...

Je voulais pas comprendre ses nouvelles paroles, parce que pour moi elles avaient pas de sens ! Et quant à s'attacher à lui... Je pensais que c'était trop tard, c'était déjà fait et ça, c'était pas de ma faute.

Je me relevai doucement en sentant un peu mes jambes toutes molles et je pris mon cahier de dessins tout contre moi. Qu'est-ce que j'étais sensé faire maintenant ? M'en aller ? M'en aller et oublier Gabriel ? Oublier que Gabriel je lui avais des câlins ? Oublier que j'aimais bien Gabriel et que j'avais fait beaucoup d'efforts pour essayé de le voir pour de vrai ? Moi je voulais pas... Je voulais pas partir et j'ignorais même si j'arriverais à sortir de cette chapelle...

Quelque chose coula alors sur mes joues et je me rendis compte que mes larmes étaient revenues. Mais cette fois-ci, c'était pas les mêmes que quand le méchant fantôme il était apparu et qu'il m'avait embêté. Non, cette fois-ci, c'était des larmes à la fois de tristesse, mais aussi de peur et d'angoisse.

En reniflant timidement, je relevai un peu le visage ; j'avais perdu Gabriel dans la grande pièce, mais je sentais quand même qu'il était toujours là, quelque part autour de moi, alors si je parlais, il m'entendrait.

« Si tu veux pas que je t'attache à toi, t'avais qu'à pas me parler ! je m'exclamai en retenant mes sanglots, pourquoi t'es gentil et après tu dis que tu veux plus de moi ? T'as pas le droit d'être comme ça ! je me plaignis en passant encore ma main sur mes yeux, t'as pas le droit Gabriel ! »

C'était vraiment très rare quand je parlais comme ça ou quand je me m'étais dans un tel état ; mais Gabriel il avait pas le droit d'être comme ça avec moi ! Même si j'étais un peu bête, un peu naïf et un peu enfant, il avait pas le droit de me faire du mal, pas après tout ce qu'il m'avait dit et les tendresses qu'on avait échangé ! Moi je m'en voulais à moi, mais je lui en voulais aussi à lui !

Je rouvris mon cahier et déchirai la page où on avait fait le dessin avec le cœur, le mur et le rond. Je la lançai devant moi et je partis en courant à l'extérieur. Je fis pas beaucoup de pas, mes jambes se dérobèrent sous mon poids et je tombai au sol, les mains en avant. Mon cahier connut un magnifique vol plané et moi avec. Je frottai mes mains l'une contre l'autre, les voyant écorchées, mais c'était pas elles qui me faisaient le plus mal ; c'était dans mon cœur.

Je pleurai beaucoup et c'était des grosses larmes qui tombaient sur mon t-shirt. Le soleil déclinait doucement dans le ciel, mais je pouvais plus bouger. Gabriel il me faisait du mal à agir comme ça et j'arrivais pas à comprendre pourquoi parce que tout ce que je voulais moi c'était être encore avec lui à lui faire des câlins. J'en avais marre, pourquoi j'avais pas le droit d'être avec lui ? Et j'en avais marre de pas le voir ! C'était à cause de ça, j'en étais sûr, qu'il voulait plus de moi !

Ma frange me collait sur le front et des cheveux mal attachés me collaient sur les joues. Agacé je sortis mon élastique et le lançai le plus loin possible devant moi. Je ramenai mes jambes contre mon torse et les entourai de mes bras pour pleurer et sangloter un peu plus en silence dedans. Est-ce que j'allais revoir Gabriel ? Est-ce qu'on pourrait encore être tous les deux ensembles ? Il avait dit qu'il veillerait sur moi jusqu'à ce que grand-frère revienne, mais là, Gabriel il tenait pas bien sa promesse...

Tandis que les minutes s'écoulaient, je sentis tout à coup une main se poser sur mon épaule. J'eus un frisson et l'unique mot qui me vint à l'esprit ce fut :

« Gabriel ! je m'écris en relevant le visage pour tomber nez-à-nez avec un garçon que je connaissais pas du tout, par... don... », je balbutiai en rougissant d'un coup.

Mon cœur se serra un peu plus en découvrant que ce n'était pas du tout Gabriel qui était là. L'autre garçon se baissa et se mit juste devant moi, me fixant avec insistance. J'osai pas le regarder moi, je me sentais très mal à l'aise et mes grosses larmes continuaient inlassablement de s'évader de mes yeux qui devaient être tout rouges. Pourquoi tu pleures ? il me demanda, mais moi je lui répondis pas. Les jolies filles elles doivent pas pleurer, il continua, viens avec moi on va sécher tes larmes. Moi j'étais pas une fille et je voulais pas aller avec lui parce que j'aimais pas comment il me parlait.

Viens, il insista en attrapant mon bras pour me relever. Moi je me dégageai de son étreinte et je me recroquevillai un peu plus sur moi-même. Je voulais pas qu'il me touche, il était un méchant, je l'entendais dans sa voix ! De nouveau il me toucha et je sus pas trop comment, il me remit debout. Je reniflai timidement et je repensai alors à ce que Gabriel il m'avait dit : « il faut que le cœur trouve un autre cœur et qu'il oublie le rond »... Qu'il oublie le rond... Qu'il trouve un autre cœur...

Je me laissai faire, plus trop conscient de ce qui se passait, mais quand l'autre vint passer sa main dans mes cheveux détachés, je le poussai de toutes mes forces et je le vis tomber sur les fesses. Je voulais pas qu'il me touche au visage, il avait pas le droit de le faire ! Mais quand je le vis se relever et me donner une gifle, je bronchai pas, portant simplement ma main sur ma joue rouge alors que je me retrouvai à mon tour assis par terre. C'est quoi ce bordel ?! je l'entendis jurer alors qu'il baladait ses mains sur mon torse. Il se releva, me jetant un regard de haine, de mépris qui me disait d'avoir honte d'être qui j'étais et il s'enfuit, comme ça. Juste comme ça.

Le cœur il trouvera pas un autre cœur parce que les autres cœurs ils voulaient pas de ce cœur-là ! Le cœur il voulait prêter un bout du sien pour se sentir mieux et peut-être plus heureux au rond... mais le rond non plus il en voulait pas, plus ?, de ce cœur-là.

« Grand-frère... », je murmurai en restant allongé sur l'herbe, les yeux fermés.

Même lui il voulait plus du cœur, il voulait plus de moi. Alors je pensais dans ma tête que peut-être que le cœur que j'avais il était pas bien pour être partagé parce qu'il était mauvais. Et un cœur mauvais, je devais me le garder pour que juste moi je sois triste et pas les autres. C'était difficile, moi mon cœur je l'avais toujours crû un peu différent de ceux des autres personnes... mais différent en bien, pas en mal.

Mes larmes avaient commencé à sécher sur mes joues et je me redressai un peu en entendant un bruit bizarre. Une peur m'envahit, alors je me mis à parler. Peut-être que j'avais raison d'espérer encore que ce soit lui...

« Gabriel... c'est... toi ? Je... Je suis désolé pour tout à l'heure, je voulais pas m'énerver, mais tu sais je... je veux juste que tu sois content et je croyais que tu l'étais avec moi... je débitai lentement, je crois que je me suis trompé Gabriel... Moi je veux pas que tu sois en colère ! Je veux encore rester avec toi, qu'on soit tous les deux un peu ensembles pour pas que des garçons méchants viennent m'embêter... Tu sais, toi t'es pas méchant Gabriel, tu me fais pas de mal, je... je t'aime bien et... je rougis en disant cela, et je veux pas que tu t'en ailles loin de moi... »

Je savais pas si j'avais parlé dans le vide ou pas, mais je me sentais bien d'avoir dit tout ce que j'avais dans mon cœur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.road2us.com
avatar

Jones C. Gabriel
Jeongsin Rebelle


Informations
Messages : 142
Points : 2307
Age : 21 ; mort depuis un mois.

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Jeu 26 Juil - 18:40

    Contre son mur, totalement perdu, ne sachant plus comment agir, Gabriel gardait les yeux clos. Il espérait surement ne pas avoir agi de la sorte. Pourtant, sa colère avait repris le dessus, sur l’adorable jeune homme que pouvait être Jin Pyo. Il n’avait pas réussi à lui éviter ses sauts d’humeur. Fermant les yeux, il se mit à souffler doucement pour faire descendre sa colère, cela n’était pas évident, il n’arrivait pas à se contrôler depuis sa mort. Il aurait envie de rester proche de Jin Pyo de le garder dans les bras et lui dire que tout cela n’était pas vrai, que jamais il ne l’avait poussé pour fuir de la sorte. Et pourtant … Passant sa main dans ses cheveux, le fantôme avait du mal à se calmer, il était presque totalement paniqué et les paroles du blond ne l’aidait en rien. Il aurait voulu qu’il lui demande au fond de revenir vers lui et qu’il le serre dans ses bras pour qu’ils s’excusent mutuellement. Et puis, c’était Jin Pyo qui avait voulu qu’il parle ! Il ne l’aurait jamais fait, si l’humain ne lui avait pas demandé. Restant contre son mur, bien qu’il ait envie de hurler, il tapait légèrement du pied dans le vide. Il ressentait comme une horrible douleur en lui, un déchirement profond, comme ci il venait de perdre quelque chose d’extrêmement précieux pour lui. Regardant le jeune homme arracher le dessin, Gabriel grimaça et il détourna le regard du dessin quand il fila en courant.

    Ca y est … Il était partit, il avait disparu de sa vie. Jamais il ne pourra revenir dans ses relations, il lui avait certainement fait trop mal, pour cela. Fermant les yeux de nouveau restant contre le mur un long moment, le fantôme finit par se lever, avançant lentement vers le dessin. Attrapant le bout de papier, il s’appliqua à bien le remettre en forme pour aller tranquillement le cacher. Avant de le faire, Gabriel posa son regard sur le dessin, il avait effacé l’autre cœur. Pourquoi ? Fermant les yeux avant de grogner de rage contre lui-même, il se mit à ranger le dessin derrière un tableau accroché au mur. Il sera là caché de tout le monde, si l’envie lui disait il pourrait revenir le regarder. Repenser au cœur. Soupirant doucement, le fantôme laissait le temps filer et passer, levant le nez vers le haut du bâtiment, rien ne semblait intéressant en ce lieu. Le regard de Gabriel se posa soudainement sur une fenêtre et son regard se posa aussitôt sur Jin Pyo et un autre jeune homme qui venait de lui retourner une belle gifle.

    Sentant rapidement sa colère, toute sa haine remonter à la surface, le fantôme sortit de la chapelle, mais bien trop tard pour le faire payer à l’autre humain, cependant, il avait bien détaillé son visage, assez pour se venger et lui faire payer. Si seulement il pouvait le tuer. Il avait osé faire du mal à Jin Pyo, le frapper et le toucher. C’était une horreur, quelque chose d’insupportable. Il aurait voulu se mettre à le poursuivre, pour finalement lui faire payer son acte immédiatement, mais il ne pouvait laisser Jin Pyo comme ça allongé dans l’herbe. Ecoutant les paroles du plus jeune, Gabriel ferma brusquement les yeux avant de détourner le regard sur lui. Restant debout sans bouger, il semblait en lutte avec lui-même, avancer ou non, il ne savait pas comment agir. Se mordant la lèvre inférieure, il finit par avancer pour s’accroupir à côté de lui.

      « Jin Pyo … C’est moi qui suis désolé, je devais te protéger jusqu’à ce qu’on retrouve ton frère. J’ai pas été présent à l’instant, mais ne tant fais pas, je vais lui faire regretter ses gestes, jusqu’à ce qu’il n’ose plus de croiser dans un couloir. Je le hais ce type. Il me rappel toutes ces personnes qui m’ont tournées le dos. »


    Posant doucement sa main dans le dos de Jin Pyo il se rapprocha doucement de lui pour le prendre dans ses bras et le serrer contre lui. Il avait peur que le blond le repousse et il aurait le droit de le faire, il ne pourrait se plaindre, mais cela lui ferait mal. Relevant doucement le visage de Jin Pyo, pour regarder la rougeur sur sa joue, le fantôme se mit à frémir de rage. Il n’arrivait pas à le croire, il avait réellement envie d’aller tuer cet enfoiré ! Non ce n’était pas exagéré ! Il aurait pu mal tomber son petit blond et se tuer… Il aurait pu tellement avoir mal. Sentant à nouveau une douleur dans son poitrine, celle-ci s’intensifia alors qu’il fit les mains écorchées du sagikkun. Frôlant des doigts les plaies, il releva sa main vers son visage qui était alors un peu couverte de sang, rien de bien méchant, mais cela inquiétait Gabriel. Cela lui rappelait combien son petit humain était fragile et qu’on moins de deux, il pourrait périr.

      « Il faut soigner cela ! Viens je t’emmène à l’infirmerie, tu ne peux pas rester comme ca… Si jamais … Si jamais ca finit en infection ! Il … Il faut s’occuper de cela. »


    Serrant un peu plus le blond dans ses bras, il finit par passer un bras sous les cuisses de Jin Pyo et il se souleva de terre, pour l’emmener l’infirmerie. Il ne pouvait pas le laisser comme ca, on allait surement lui dire que cela était ridicule vu que ce n’était pas grave, mais il ne voulait pas que Jin Pyo ait quelque chose de grave et qu’il perde la vie lui aussi, enfin du moins pas pour le moment.

      « Jin Pyo … Pardonne-moi, je vais faire des efforts, je ne te ferais plus de mal. Je … Je veux bien … Enfin … Je me disais que finalement ca serait pas mal si … Tu voulais bien partager un peu de ton cœur avec moi. Tu peux bien sûr refuser, je comprendrais, je ne suis pas la meilleure personne avec qui on veut être. Je te vengerais, ne tant fais pas… Il va payer. »


    La vengeance était également un sentiment qu’il connaissait parfaitement bien également ! En tout cas, il activa le pas, pour arriver rapidement à l’infirmerie et demander à une infirmière de leur venir en aide. Cette dernière semblait d’ailleurs surprise que Jin Pyo, un sagikkun soit dans les bras d’un Jeongsin. Cela ne devait pas arriver souvent, il faut l’avouer. Demandant de l’aide à l’infirmière il posa délicatement le jeune homme sur le lit le plus proche, alors qu’il caressait doucement la joue giflait de Jin Pyo.

_________________
Gabriel C. Jones
I fall asleep by the telephone. It's two o'clock and I'm waiting up alone. And tell me where have you been, I found a note with another name. You blow a kiss but it just don't feel the same. Cuz I can feel that you're gone. And bite my tounge forever. While you try to play it cool. You can hide behind your story. But don't take me for a fool. ©️PEPPERLAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Moon Jin Pyo
Section Arts


Informations
Messages : 163
Points : 2304
Age : 18 ans
Autres : 1ere année en arts

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   Sam 28 Juil - 10:28

Un nouveau silence semblait s’abattre sur moi à la suite de mes paroles. Alors j’avais eu tort ? Je m’étais trompé et c’était pas Gabriel qui était revenu ? J’avais pensé quelque chose de faux ? Je ramenai mes jambes contre ma poitrine, les entourant de mes bras pour poser ma tête dessus. Je soupirai doucement, me demandant ce que je devais faire maintenant… J’avais pas le courage de bouger, je savais plus trop si mes jambes elles voudraient bien se lever, marcher et rentrer aux dortoirs, parce que dans mon cœur et dans mes esprits, je voulais pas encore retourner là-bas tout seul… Je me trouvai bête de croire que Gabriel il reviendrait me voir, je lui avais dit des choses méchantes et je me sentais un peu coupable de sa colère…

Tout à coup, ce fut comme un petit vent qui passa tout prêt de moi. Mon cœur se remit à battre de toutes ses forces, ma joue où l’autre méchant garçon m’avait blessé me lançait et j’avais un peu la tête qui tournait. Et puis j’entendis des paroles, d’abord mon prénom et puis des excuses… C’était Gabriel, il était revenu et c’était lui que je venais de ressentir tout près de moi. Je répondis pas, portant ma main à mon visage pour frotter mes yeux. Je l’écoutais sagement et en vérité ça me faisait du bien de savoir qu’il était revenu.

Il me prit ensuite dans ses bras, tout contre lui, et moi je bougeai plus, j’osai plus rien faire. C’était comme si on m’avait vidé de toutes mes pensées et de toute mon énergie… pourtant de l’énergie j’en avais tout le temps à prêter aux autres ! Là je me disais que c’était peut-être parce que j’avais tout gaspillé, il m’était arrivé beaucoup de choses en venant dans la chapelle des liens, comme Gabriel il m’avait dit que ça s’appelait cet endroit.

Je le repoussai pas, je me laissai juste être proche de Gabriel parce que j’étais juste confortable et heureux comme ça. Quand Gabriel il releva mon visage, je me sentis rougir parce que je devais avoir la joue toute rouge à cause de l’autre garçon qui m’avait frappé, mais je voulais pas que Gabriel il s’énerve sur l’autre garçon que je connaissais pas à cause de moi ! Ca je parvins pas à lui dire, mais je le pensais très fort. J’aimais pas la violence, c’était pas bien de faire du mal à quelqu’un, même si ce quelqu’un nous avait fait du mal !

Gabriel il remarqua aussi mes mains un peu blessées à cause de ma chute, ou plutôt mon vol plané, tout à l’heure. Elles saignaient un tout petit peu, moi je les regardais pas parce que j’aimais pas trop trop ça, mais j’avais pas vraiment mal pour le moment, alors je pensais que c’était pas bien grave ce qui m’était arrivé… Sauf que Gabriel il me dit qu’il m’emmenait à l’infirmerie et il me souleva sans rien que je puisse dire.

J’entourai son cou de mes bras pour pas tomber et je commençai à paniquer en pensant à mes mains. C’était vraiment grave ? Olala, moi je voulais pas avoir un gros pansement autour de mes mains, ou alors qu’on me les coupe parce que… parce que je pourrais plus dessiner après ! C’était important de dessiner… C’était pour que grand-frère il soit fier de moi alors je devais pas arrêté de faire des dessins ! Un jour je pensais que peut-être je deviendrais quelqu’un de célèbre et que tout plein de monde me connaîtrait pour mes dessins. Moi ça me ferait plaisir et puis c’était comme ça que grand-frère il serait fier de moi, j’en étais persuadé.

Me laissant transporté ainsi, je dis pas un seul pendant tout le trajet qui nous séparait de l’infirmerie. Je posai ma tête sur le torse de Gabriel et lorsqu’il me dit qu’il voulait bien que je partage un peu de mon cœur avec lui ça me fit faire un petit sourire au coin de mes lèvres. J’étais content que Gabriel il veuille bien de mon cœur à moi…

« Je veux pas que tu le tapes, je lui répondis finalement alors que nous entrions dans l’infirmerie, c’est pas grave tu sais Gabriel, il m’a pas fait mal… »

Un peu à la joue, mais c’était pas grand-chose ça. C’était surtout dans ses yeux que j’avais vu des choses moches, comme lui. Je comprenais pas pourquoi il m’avait regardé comme ça, est-ce que j’étais moche moi aussi ? Est-ce que je ressemblais à un monstre ? C’était peut-être à cause de mon cœur triste qu’il m’avait donné une gifle, parce que mon cœur lui convenait pas à lui non plus… Mais malgré tout ça, j’avais pas envie que Gabriel il lui fasse du mal, Gabriel il avait pas besoin de taper ce garçon pour me montrer qu’il m’aimait bien et qu’il me protégeait comme il me l’avait promis.

En peu de temps, je me retrouvai assis sur un lit, Gabriel me caressait doucement la joue tandis que l’infirmière nous dit qu’elle revenait, qu’elle allait prendre des choses dans la pièce d’à côté. Moi je savais pas ce qu’elle me faire, parce que je pensais toujours que c’était pas très grave.

« Gabriel… », fis-je en baissant un peu le visage.

Je voulais vraiment lui parler, mais je savais pas si j’arriverais à bien dire tout ce que j’avais dans ma tête.

« Je veux toujours bien te donner un peu de mon cœur à moi, mais tu sais… Je sais pas trop s’il est bien parce que personne a été d’accord comme toi pour que je leur en donne un bout… je le prévins en triturant mon T-shirt, Gabriel… l’autre garçon qui m’a donné la gifle, je crois qu’il m’a pris pour une fille… mais moi je suis pas une fille, pas vrai, dis, Gabriel ? je me plaignis en relevant la tête vers lui, tu sais tout à l’heure quand t’as dit que je devais pas m’attacher à toi ? je lui demandai, tu disais ça pour de vrai de vrai ? Parce que… je… je rougis doucement, je crois que c’est trop tard, je t’aime bien, mais c’est pas ma faute ! », je m’exclamai comme pour me justifier.

Ce fut le moment que choisit l’infirmière pour revenir nous voir. Elle demanda à Gabriel de se pousser un peu de moi, que c’était rien, que j’allais pas encore mourir. Je lui montrai mes mains et elle vit toute seule ma joue encore rouge. Elle commença d’ailleurs par elle et me donna de la glace à plaquer dessus. C’était vraiment froid ! Pour mes mains, elle me passa quelque chose dessus qui me piqua un peu, mais je dis rien, je la regardai juste me soigner.

Sur ma main gauche elle posa un pansement sur le haut de ma paume parce qu’elle m’expliquait que je m’étais quand même bien griffé à cet endroit. Je hochai doucement le visage pour lui montrer que je comprenais. Elle me sourit, me dit que je pouvais rester un peu ici me reposer si je voulais et qu’elle serait dans le bureau un peu plus loin. Je la remerciai et la vis s’éloigner. Je pensais dans ma tête qu’elle était quand même gentille cette infirmière.

Comme je sentais que Gabriel il était toujours avec moi, je me poussai un peu sur le lit pour lui faire une place et je tapai un peu dessus pour lui montrer qu’il pouvait s’asseoir à côté de moi. Je soupirai doucement, beaucoup de choses m’étaient arrivé aujourd’hui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miyavi-family.road2us.com

Contenu sponsorisé


Informations

MessageSujet: Re: Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Plus de peur, que de mal... ? (avec Gabriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Tome 3 : Je suis l'enfer; Episode 4 : Un confortable mensonge (Gabriel)
» « Restez avec moi, j'ai peur du noir ! » ♥ Mila S. Stilton. [ Complète ]
» Les jeux pc qui font (vraiment) peur
» Benicio C. Maderos - Je n'ai pas peur de mourir, juste peur de mal vivre !!!
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yulyeong :: Académie Yulyeong :: L'extérieur :: Grand parc :: Chapelle des liens-