Yulyeong

Venez découvrir le monde des Fantômes...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Just because of a nightmare [MURAKAMI KOTARO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Yeong Mee Sook
Section Arts


Informations
Messages : 143
Points : 2276
Age : 17 ans

MessageSujet: Just because of a nightmare [MURAKAMI KOTARO]   Dim 24 Juin - 6:03

Just because of a nightmare
Yeong Mee Sook & Murakami Kotaro

Mon corps tremblait. Il tremblait et j'essayais de cesser ces tremblements en me recroquevillant sur moi-même, les genoux collés contre moi, mes bras les entourant. Je me berçai un peu moi-même, d'en avant à en arrière, parce que personne n'était là pour le faire et c'était parfait ainsi... et pour arrêter les larmes aussi. Ma respiration était rapide et j'avais l'impression de manquer d'air... C'était horrible. Depuis que j'étais à Yulyeong, les crises d'angoisses étaient beaucoup moins fréquente, mais elles arrivaient tout de même et sans que je les ai demandé...

Mais j'avais fait ce cauchemar, cette nuit. Cet affreux cauchemar, que je revoyais encore lorsque je fermais les yeux et qui me faisait encore peur. Il était là. Celui que... que j'appelais naïvement ''mon meilleur ami'', avant. Il était là, devant moi et il me regardait, avec ses yeux accusateurs. Il avait le poignard que je lui avais planté dans l'épaule toujours bien à sa place et il l'enlevait, comme si de rien était, avant de le jeter par terre. Sa plaie se refermait et il me demandait si je me souvenais de ce poignard. Il me disait qu'il était revenu et que c'était pour moi. Je ne l'avais pas tué pourtant, je savais ne pas l'avoir tué non, mais dans mon cauchemar, il était un fantôme. Et il me voulait moi. Je voulais courir mais mes jambes restaient figées. Je voulais crier mais c'est comme si quelqu'un avait prit une télécommande et m'avait mise sur ''mute''. Aucun sons ne semblaient sortir de ma gorge, peu importe à quel point je voulais crier fort. Alors un sourire carnassier naissait sur son visage alors qu'il s'approchait encore. Et au moment où il vient pour me frapper... je me réveille. Je me réveille en sursaut et en sueur dans mon lit et j'ai de la misère à me rendormir. Voilà, c'est ce cauchemar que j'avais fais. Et lorsque je me suis réveillée, je n'ai pas pu m'empêcher de penser à ses mains sur moi, qui m'avaient semblé si rude et son corps... qui paraissait si lourd, sur le mien. Alors je me suis mise à pleurer, pour me rendormir, fatigué d'avoir verser trop de larmes.

Puis comme d'habitude, quand je me suis réveillé, ce matin, c'était avec un sourire aux lèvres, parce que c'était passé, c'était terminé, maintenant. Mais il y avait encore un ''mais'', justement. Aujourd'hui j'ai vue ce Jae Suk. Et parce que j'avais fais ce cauchemar et que Jae Suk me fait vraiment penser à Jae Hwa, qu'il s'appelait... eh bien pendant une fraction de seconde, j'ai pensé que c'était lui et j'avais eu peur, tellement peur... Cette fraction de seconde avait suffit pour me faire partir, pour me faire faire une crise d'angoisse. Pour me mettre dans l'état que j'étais en ce moment. Alors j'avais couru et cour, pour me réfugier dans un coin sombre, dans les couloirs de l'école, pour pleurer et angoisser en paix, sans que personne ne le sache. C'est comme ça, que c'était bien, s'il y avait des gens autour, c'était mal, très mal... ils ne pouvaient pas me voir comme ça, s'ils me voyaient... s'ils me voyaient je...

Des pas. J'entendais des pas et ma respiration s'accélérait encore plus qu'elle ne l'était déjà. Il était là, il venait me chercher je savais, j'en étais certaine... il allait recommencer, il allait...

Je ne connaissais pas ce visage. Qui était-il ? Je ne sais pas... mais quelqu'un me voyait. Quelqu'un me voyait dans l'état que je suis maintenant... je ne veux pas, je ne peux pas. Personne ne doit voir à quel point je peux être faible... c'est mal, je ne veux pas... Je relevai mes yeux vers se visage inconnue, apeuré, effrayé, comme un animal sauvage pris au piège qui ne veux que partir, mais qui ne peut pas... Je ne dis rien, rien du tout, mais continuai à le fixer, en appelant un peu à l'aide intérieurement, peut-être..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Murakami Kotaro
Section Arts


Informations
Messages : 59
Points : 2384
Age : 19 ans
Autres : 1ère année - Section Arts

MessageSujet: Re: Just because of a nightmare [MURAKAMI KOTARO]   Dim 24 Juin - 9:07

Kotaro se leva ce matin-là avec le même automatisme que les matins précédents, depuis son arrivée à Yulyeong. Lui qui pensait qu’en venant ici ça changerait du centre…mais non. Il ne parlait pas plus avec les autres bien qu’ils soient comme lui. Mais c’était peut-être pire. Comme s’il était dans un zoo avec des monstres de son espèce que personne ne devait découvrir. Un troupeau ? Peut-être. Cependant il n’était pas plus proche des autres qu’avant. Il les croisait dans le couloir, faisait un signe de tête quand il devait passer en guise d’excuse pour le dérangement et repartait sans rien dire. Toujours sans rien dire, si bien que plus personne ne le voyait, comme…un fantôme, les autres habitants de l’académie.

A eux aussi il ne leur parlait pas. Source de son malheur, il ne voyait pas pourquoi il perdrait du temps avec des personnes qui n’étaient plus de ce monde et erraient ça et là, cherchant distraction ou autre. Depuis qu’il avait été envoyé en centre communément appelé « pour les fous », il ne parlait plus du tout aux fantômes. Non, il préférait prendre des photos, marquer sa vie de jolies moments qui ne reviendraient jamais. Un oiseau, un parc, des fleurs, des enfants qui jouent au loin…Il était simple spectateur de la vie des autres. Kotaro ne pouvait même pas appeler la sienne une « vie ». 6 ans à parler avec une personne que personne ne voyait et 8 enfermé dans un établissement où on le prenait pour un malade mental…Il n’avait rien vu de très grandiose, rien fait qui puisse intéresser…En fait il n’avait pas plus l’impression d’exister que les fantômes…

Donc oui, il pensait que cette journée serait comme les autres. Il irait en cours, prendrait des photos, mangerait et irait dormir. Et ça commença exactement comme ça à vrai dire. Les cours pour commencer, puis 1 heure de trou pour aller faire des photos. C’est en marchant dans le couloir pour aller dans la cour qu’il vit de loin une forme accroupie au sol, dans un coin sombre. Timide mais pourtant curieux, il s’approcha doucement, remarquant que la personne était une femme et qu’elle pleurait. Enfin plutôt tremblait tellement de la tête aux pieds que ça en était effrayant ! Le jeune homme hésita longtemps avant de vraiment s’approcher et s’accroupir un peu, son appareil pendant à son cou.

La jeune femme à peine plus âgée que lui, voire moins, leva un visage apeuré vers lui, ce qui le fit encore plus hésiter. La frayeur dans ses yeux le paralysa quelques instants. Déjà qu’il était nul en relations humaines alors si elle le regardait comme s’il allait la frapper…

- …Ça va ? Tu…veux de l’aide ?

Sa voix résonnait étrangement à ses oreilles, comme si ça faisait des années qu’il ne l’avait pas utilisée. Et c’était un peu le cas de toute manière. Il avança la main pour l’aider à se relever mais elle s’écarta si brusquement qu’il prit peur lui-même et en voulant se reculer, tomba sur le cul dans le couloir. Si quelqu’un avait vu la scène il les prendrait pour deux idiots.

Kotaro ne savait pas quoi faire. Il voulait prendre ses jambes à son cou mais sa conscience lui interdisait de laisser cette pauvre femme toute seule à pleurer dans un couloir. Elle avait sûrement besoin d’une aide que malheureusement le jeune photographe craignait de ne pas pouvoir lui donner. Néanmoins il fit pour la première fois de sa vie un effort social, se releva doucement pour ne pas encore plus l’effrayer et regarda autour de lui. Se grattant l’arrière de la tête, il tendit généreusement sa main.

- Tu veux que j’aille chercher quelqu’un ? Que je t’accompagne à l’infirmerie ? Tu as besoin de quelque chose ?

Première fois depuis des années qu’il parlait aussi longtemps mais malheureusement ce ne fut pas assez suffisant pour paraitre inoffensif et le jeune homme resta longtemps le bras tendu, attendant qu’elle réagisse à son aide. Et plus les secondes passaient, plus Kotaro se sentait idiot. Pourquoi ne bougeait-elle pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nuttyworld.forumactif.com/
 

Just because of a nightmare [MURAKAMI KOTARO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chambre de Shino,Kotaro et Kû-Fei
» Chambre Naba Chizuru et Murakami Natsuma
» Kotaro
» Kotaro Inugami
» Inugami Kotaro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yulyeong :: Académie Yulyeong :: Bâtiment B :: couloirs & escaliers-